/news/society

Les conducteurs québécois conduisent de plus en plus longtemps

Agence QMI

1044224036

Getty Images/iStockphoto

Le nombre de véhicules assurés par des femmes de 75 ans ou plus a connu une hausse de 31 % ces cinq dernières années, une donnée qui rappelle que la population vieillit et que les automobilistes veulent conduire plus longtemps. 

C’est ce qu’a souligné mercredi le Groupement des assureurs automobiles (GAA), qualifiant cette donnée de «surprise de taille» et soulignant que chez les hommes du même groupe d’âge, l’augmentation est plutôt de 23 %.

Selon le GAA, les chiffres montrent que les aînés québécois conduisent plus tard dans leur vie que ceux qui les ont précédés. Et c’est le groupe des femmes âgées de 75 ans et plus que la plus importante croissance du nombre de véhicules assurés a été mesurée ces cinq dernières années.

En 2015, les femmes de 75 ans assuraient 102 631 véhicules au Québec, alors que les hommes du même âge en assuraient 176 097. Cinq ans plus tard, ces chiffres ont respectivement grimpé à 134 771 et 216 727.

Le GAA, qui travaille à garantir l'accès à l'assurance automobile et à simplifier le règlement des sinistres, met en perspective que pour l’ensemble des conducteurs, on parle d’une hausse de 5 % du nombre de véhicules assurés ces cinq dernières années.

Contrairement aux aînés, les jeunes font des choix différents ne tournant pas autour de l’automobile. Ainsi, chez les moins de 25 ans, il y a plutôt baisse du nombre de véhicules assurés: chez les femmes, c’est une baisse de 8 %, alors que chez les hommes c’est -7 %.

«Au reflet d'une population qui vieillit, on remarque que les personnes âgées veulent conduire plus longtemps. En revanche, le nombre de jeunes propriétaires d'un véhicule assuré est en baisse. Des tendances complètement opposées entre les jeunes automobilistes et les plus âgés!» a dit Anne Morin, responsable des affaires publiques pour GAA.

Les hommes de 29 ans et moins sont ceux qui ont rapporté le plus de sinistres en 2019, mais à partir de 30 ans, il y a renversement de tendance, et c’est chez les femmes qu’il y a le plus de réclamations pour des collisions.

Par la suite, «l'expérience de sinistres s'améliore progressivement à mesure que les conducteurs vieillissent, jusqu'à 65 ans où l'on observe une légère hausse de sinistres», a indiqué GAA, par communiqué, soulignant que les 45 à 64 ans affichent le meilleur bilan au chapitre des accidents.

Les 24 ans et moins, tant les femmes que les hommes, sont ceux qui réclament le plus pour des collisions. Ainsi, la fréquence de collision pour tous les automobilistes atteint 4,72 %, mais elle bondit à 9 % et à 11 % respectivement chez les femmes et les hommes de 16 à 20 ans, et à 7 % et à 8 % chez les 21-24 ans.

Ceux qui ont fait des réclamations à la suite d’un accident savent que la facture peut être salée. En 2019, le coût moyen des réparations a varié de 3836 $ à 5424 $ chez les femmes et de 4338 $ à 6597 $ chez les hommes.

«À la suite d'une collision, les véhicules conduits par des femmes ont sans doute des dommages moins importants, a indiqué Mme Morin. Cette observation s'applique aussi chez les automobilistes plus âgés.»