/news/politics

Les patrons de l’UPAC et du BEI pourront embaucher eux-mêmes leurs enquêteurs

Geneviève Lajoie | Le Journal de Québec

Bloc UPAC

Photo d'archives, Maxime Deland

Les patrons de l’UPAC et du BEI pourront embaucher eux-mêmes leurs enquêteurs.  

• À lire aussi: L’inspecteur-chef Guy Lapointe de la Sûreté du Québec prêté au BEI

La ministre Geneviève Guilbault a déposé mercredi un projet de loi qui change le mode de nomination des limiers chargés de lutter contre la corruption.  

À l’heure actuelle, les inspecteurs de l’UPAC sont prêtés par un autre corps de police pour une période de cinq ans. Dorénavant, le commissaire Frédérick Gaudreau pourra recruter lui-même les membres de son escouade.  

Le projet de loi 72 offre le même pouvoir au directeur du BEI, qui pourra choisir son équipe d’enquêteurs. En ce moment, c’est le Conseil des ministres qui nomme les membres de cette brigade, chargée d’enquêter sur les interventions policières.