/news/politics

L'essence n'est pas donnée dans l'Est de la province

Martin Blanchet | TVA Nouvelles

Depuis quelques semaines, les consommateurs paient leur litre d’essence de 4 à 6 cents plus cher que le juste prix dans l'Est-du-Québec.

En moyenne, les automobilistes peuvent trouver de l'essence à environ 1,09 $ le litre dans le Bas-Saint-Laurent depuis environ un mois. C'est un peu plus de 4 cents trop cher par rapport au prix réaliste selon CAA Québec.

L’essence est environ 5 cents trop cher en Gaspésie et 6 cents sur la Côte-Nord.

À Montréal, c'est le contraire, les consommateurs paient en moyenne leur essence 2 cents moins cher que le juste prix.

La cause de ce déséquilibre serait principalement liée à la marge de profit des détaillants. Le Professeur de physique à l’Université de Montréal et directeur de l’Institut de l’énergie Trottier de l’école Polytechnique de Montréal, Normand Mousseau, constate que dans l’Est-du-Québec, la marge de profit des détaillants atteint de 12 à 15 cents le litre, contrairement à environ 4 à 6 cents le litre dans la métropole.

Normand Mousseau a expliqué que les coûts de livraison du carburant, entre autres, contribuent à établir un différentiel de prix plus élevé dans l’Est-du-Québec. Cependant, depuis quelques mois, l’augmentation est surtout causée par la hausse de la marge de profit des détaillants.

Chez CAA Québec, on observe également que les profits des détaillants sont plus élevés qu’à l’habitude. Le porte-parole de l’organisme, Pierre-Olivier Fortin, parle d’incidence directe à la pompe pour les automobilistes.

Selon lui, cette situation qui pénalise les consommateurs mérite d’être éclaircie et justifiée par les propriétaires des stations-service.

Pour leur part, les automobilistes ne trouvent plus les mots pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme une grande injustice.

Des citoyens rencontrés mercredi par TVA Nouvelles ont clairement exprimé que ce n’est pas parce qu’ils vivent en région qu’ils doivent payer l’essence plus cher.

D’ailleurs, certains d’entre eux estiment que le manque de compétition amène une uniformité des tarifs. D’autres sont choqués de constater que la marge de profit des détaillants soit si élevée au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

Autre frustration, des citoyens de la région déplorent payer leur carburant plus cher qu’ailleurs en province alors que leurs revenus demeurent en moyenne inférieurs à ceux des grands centres.

Pierre-Olivier Fortin a souligné que les détaillants peuvent vendre leur essence au prix qu’ils désirent, en vertu du libre marché.

Parmi les solutions permettant au consommateur d’économiser le précieux carburant et par le fait même un peu d’argent, Normand Mousseau recommande d’achat de véhicules plus petits et moins énergivores, ainsi que d’effectuer des déplacements stratégiques.

La bonne nouvelle dans tout ça, s’il y en a une, c'est qu'en raison de la demande actuelle pour le pétrole à l'échelle mondiale, les experts n'entrevoient pas de fluctuations des prix à la hausse dans un avenir prochain.