/news/currentevents

Prison de Hull: des détenus font du grabuge pour une deuxième nuit de suite

Jadrino Huot | Agence QMI

Jadrino Huot / AGENCE QMI

Des détenus ont manifesté avec hostilité pour une deuxième nuit consécutive à la prison de Hull à Gatineau en réaction au confinement général imposé par la santé publique régionale. 

Des prisonniers de l’aile AG-2 ont encore une fois mis le feu à du papier de toilette et à mains avant de le lancer, avec d’autres objets, à travers les barreaux de leurs cellules dans un vacarme ponctué de cris et de brassages de portes.

Le même scénario s’était produit dans la nuit de lundi à mardi.

Les personnes incarcérées à cet établissement réagissaient donc de nouveau au confinement général du centre de détention imposé lundi après-midi par la direction de la Santé publique de l’Outaouais à la suite d’une éclosion de COVID-19.

Les détenus sont désormais confinés en cellules, et ce, jusqu'au 1er novembre inclusivement.

Agents touchés

Un agent correctionnel de la prison de Hull s’ajoute à la liste des personnes atteintes de la COVID-19. De plus, une dizaine d’entre eux ont été retirés du travail par mesure préventive dans l’attente de leurs résultats.

Six détenus avaient déjà reçu lundi un résultat positif au coronavirus. Au moins six autres personnes incarcérées avaient toutefois refusé de passer le test de dépistage.

Cette éclosion a forcé le report d’embauches de nouveaux agents. Le recours aux heures supplémentaires, la suspension de certaines activités, et la réquisition obligatoire ou le redéploiement de personnel sont envisagés par le ministère de la Sécurité publique du Québec.

Le président national du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie, avait d’ailleurs confirmé mardi à l’Agence QMI que la pandémie avait accéléré les départs à la retraite hâtifs et les changements de carrière au sein du personnel.

Au cours des six premiers mois de 2020, environ 130 des membres du syndicat ont quitté leur emploi, soit presque autant que pour toute l’année 2019 au cours de laquelle ils avaient été environ 150 à se retirer de la profession.