/finance/homepage

Deux travailleurs de la santé en faillite en raison de la pandémie

Emmanuelle Gril | Journal de Montréal

シニアカップル  ため息

Illustration Adobe Stock

Marie-Louise et Charles, un couple au début de la soixantaine, travaillent en milieu hospitalier. Avec la pandémie, ils ont préféré ne pas prendre de risque pour leur santé et se sont placés en arrêt de travail. Une décision qui a eu de lourdes répercussions sur leurs finances...

Au bout de quelques mois et compte tenu de leur âge, Marie-Louise et Charles ont finalement décidé de prendre une retraite anticipée. Le fait de partir à la retraite avant l’âge de 65 ans réduit malheureusement le montant de leurs prestations, et ce, jusqu’à la fin de leurs jours. 

Tout un casse-tête financier pour le couple qui se retrouve avec des revenus de 2625 $ par mois et doit faire face à des paiements mensuels élevés. En effet, ils sont propriétaires d’une maison unifamiliale pour laquelle le solde hypothécaire est de 275 000 $, ce qui représente des paiements mensuels de 1300 $. À cela s’ajoutent les taxes municipales de 325 $ par mois. Ils ont aussi contracté un prêt auto lors de l’achat de leur véhicule Dodge Grand Journey et doivent rembourser 450 $ tous les mois. 

Avec tous leurs autres frais – épicerie, assurances, électricité, câble, téléphone, etc. –, cela représente un total mensuel de 3305 $. Chaque mois, ils se retrouvent donc avec un trou de 680 $ dans leur budget, un manque à gagner qu’ils ont essayé de combler en utilisant leurs cartes de crédit, dont le solde s’élève maintenant à 30 000 $.

Des dettes insurmontables

Pour gagner du temps, ils ont trouvé une solution temporaire en obtenant de leur institution financière un report de leurs paiements hypothécaires pendant six mois. Leur objectif : profiter de ce sursis pour vendre leur propriété et se libérer du fardeau de leur hypothèque. Par la suite, ils ont l’intention de louer un appartement dont le loyer pèsera moins lourd dans leurs finances.

Mais le temps passe et aucun acheteur ne se présente. À deux mois de la fin du report de paiement et à bout de solutions, ils sont allés consulter la firme de syndic autorisé en insolvabilité Raymond Chabot afin d’évaluer d’autres options.

Après avoir dressé la liste de tous les actifs du couple ainsi que l’état de leurs revenus et leurs dépenses, le constat posé par Mélanie Godding, conseillère en redressement financier chez Raymond Chabot, est clair : il leur sera impossible de respecter toutes les échéances, et à terme, ils risquent de gros ennuis avec leurs créanciers, tant pour leur hypothèque que pour leur prêt auto. 

« Puisque leurs avoirs étaient nettement inférieurs à leurs dettes, le couple savait qu’il devrait faire des choix », mentionne Mélanie Godding.

Un nouveau départ

Deux scénarios s’offrent à eux : réussir à se départir de leur maison puis, avec le fruit de la vente, déposer une proposition de consommateur en offrant une somme forfaitaire aux créanciers pour se libérer de leurs dettes. Or, personne ne semble vouloir acheter leur propriété ; aussi la dernière possibilité qui s’offre à eux est la faillite. 

« Grâce à celle-ci, ils pourront se départir à la fois de leur hypothèque et de leur prêt auto, dont ils sont incapables d’assumer les paiements », indique Mélanie Godding. 

Dans ce contexte, leur résidence sera reprise par leur institution financière qui la mettra en vente et se servira de la somme pour se rembourser. En cas de pertes financières, celles-ci seront incluses dans la faillite et Charles et Marie-Louise n’ont donc pas à s’en inquiéter. Le processus sera le même pour leur véhicule. En contrepartie, ils devront payer 250 $ par mois pendant neuf mois dans le cadre du processus de faillite, puis ils seront définitivement libérés de leurs dettes. 

« Au bout de ce laps de temps, ils auront enfin retrouvé la tranquillité d’esprit et ils pourront profiter de leur retraite paisiblement », conclut la conseillère. 

SITUATION FINANCIÈRE 

Actifs : 

  • Maison unifamiliale d’une valeur de 300 000 $ 
  • Véhicule d’une valeur de 10 000 $  

Dettes : 

  • Hypothèque : 275 000 $ 
  • Cartes de crédit : 30 000 $ 
  • Prêt auto : 29 000 $  

TOTAL DES DETTES : 334 000 $, dont 30 000 $ de dettes non garanties

Revenus mensuels 

  • Revenus de retraite de Charles : 1600 $ 
  • Revenus de retraite de Marie-Louise : 1025 $  

TOTAL DES REVENUS : 2625 $

Dépenses mensuelles 

  • 3305 $ (incluant hypothèque, taxes municipales, paiement auto, épicerie, électricité, assurances, médicaments, etc.)