/regional/sherbrooke/estrie

L'éclosion est terminée au CHSLD de Lambton

Mélissa Fauteux | TVA Nouvelles

Près de deux mois après avoir enregistré un premier cas de COVID-19, l'éclosion est officiellement levée au CHSLD de Lambton, en Estrie.

• À lire aussi: Les SWAT teams arrivent en retard dans les CHSLD, selon des médecins spécialistes

• À lire aussi: COVID-19: un premier décès depuis le 26 avril en Estrie

Rappelons que c'est l'un des premiers CHSLD au Québec à avoir été affecté par le virus avant même l'arrivée de la deuxième vague.

Au total, 22 de 29 résidents ont été infectés. Parmi eux, six sont décédés. Il s'agit d'un lourd bilan qui, depuis, s'est répété ailleurs dans le réseau.

Mais alors que la Santé publique de l'Estrie disait avoir la situation bien en main, le ministre de la Santé a annoncé jeudi matin avoir déployé sur place un inspecteur en prévention et contrôle des infections. Il voulait y voir plus clair dans les mesures mises en place.

Une décision qui est venue mettre en lumière les failles dans les communications entre les directions régionales et le ministre.

«Hier soir, on a levé l'éclosion, mais je n'ai su que tantôt que c'était terminé. J'aime mieux envoyer quelqu'un quand ce n'est pas nécessaire plutôt que l'inverse», a avoué en point de presse jeudi après-midi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Aussi louable soit la volonté du gouvernement, ces mesures arrivent trop peu trop tard selon le gériatre et gérontologue Réjean Hébert, qui est aussi porte-parole du Collectif Action COVID.

«L'homme est le seul animal qui trébuche deux fois sur la même pierre, alors notre intervention aujourd'hui, c'est de sensibiliser et réveiller le système de santé et des services sociaux. C'est de leur dire: "attention, la même situation risque de se reproduire dans les prochaines semaines".»

C'est d'ailleurs exactement le cas à Lac-Mégantic où la Croix-Rouge est déployée depuis mercredi afin de prêter main-forte aux employés de l'hôpital, qui est frappé de plein fouet par une éclosion dans son CHSLD.