/news/coronavirus

Reconfinée, Dublin a des allures de ville fantôme

AFP

La capitale irlandaise Dublin a des allures de ville fantôme jeudi, au premier jour d’un reconfinement du pays, une première en Europe face à la deuxième vague de nouveau coronavirus. 

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

• À lire aussi: Infirmières mutées aux unités de traitement sans avoir assez de formation

• À lire aussi: Atteinte d'un cancer, elle est condamnée par la pandémie

« C’est un peu étrange et poignant », confie à l’AFP la Dublinoise Sunniva O’Flynn, 57 ans, dans une rue quasi-déserte durant ce qui aurait été l’heure de pointe. « Il y a de nouveau cette sorte de nuage de tristesse, cette impression que la ville est abandonnée ». 

Les commerces non essentiels ont fermé pour six semaines et les Irlandais sont assignés à résidence, à quelques exceptions près, comme faire de l’exercice dans un rayon de cinq kilomètres de son domicile ou exercer un emploi jugé essentiel.

AFP

Les bars et restaurants ne peuvent servir que de la nourriture à emporter, mais les écoles sont restées ouvertes, principale différence avec le long confinement du printemps.

- « Ça a marché » -

À Grafton Street, l’une des principales artères commerçantes de Dublin, il n’y a jeudi aucun signe de l’effervescence habituelle. 

Seuls quelques voyageurs masqués ont pris place dans les trams d’habitude bondés, et les transports en commun ont été réduits à 25 % de leur capacité. 

« J’ai beaucoup de mal avec ce confinement », explique le banquier Jo Finn, qui vit seul et craint de longues semaines d’isolement. « Je veux juste un retour à la normale: mes amis me manquent, comme ma famille et ma vie normale ». 

La pandémie a fait au moins 1868 morts en Irlande pour une population de moins de cinq millions d’habitants. Les chiffres officiels notent également une forte résurgence des contaminations, avec 1167 nouveaux cas positifs mercredi. Après un pic de 77 morts par jour en avril, le nombre des décès quotidiens reste souvent en dessous de dix actuellement. 

« Le virus est maintenant à un point où il se propage de plein de manières différentes », a mis en garde le ministre de la Santé, Stephen Donnelly, sur la radio-télévision publique RTE. 

Se voulant toutefois encourageant, il a souligné que le pays avait déjà surmonté une même épreuve il y a quelques mois. « Cela a marché, nous avons aplani la courbe (...) et aujourd’hui est le premier jour où nous aplanirons la courbe une seconde fois ».