/news/society

Le Palmarès des écoles: trois écoles publiques avec une note parfaite

Daphnée Dion-Viens | Journal de Québec

Finie l’époque où le Palmarès des écoles était dominé uniquement par le privé. Des établissements publics y trônent aussi en tête, révèle la nouvelle édition du Journal, qui permet de constater que la performance des établissements publics ne s’essouffle pas, contrairement à celle du privé.

• À lire aussi: Le Palmarès des écoles: voici le Top 10 des meilleures écoles publiques et privées du Québec

• À lire aussi: Le Palmarès des écoles: voici le Top 5 de chaque région du Québec

Cette année, six écoles se retrouvent au sommet de notre classement annuel avec une note parfaite de 10, dont trois écoles publiques qui offrent le programme d’éducation internationale. 

Il s’agit pour la plupart d’écoles situées dans la région de Montréal et qui sélectionnent leurs élèves.

La revanche du public  

Autre bonne nouvelle pour le réseau public : le taux de retard des élèves québécois est clairement en baisse, étant passé de 35,1 % en 2015 à 30,3 % en 2019.       

  • De manière générale, la performance des écoles publiques – reflétée par une cote globale calculée par l’Institut Fraser – est plutôt stable, variant de 5,3 à 5,4 sur 10 en cinq ans.       
  • Dans le réseau privé, où la performance demeure en moyenne supérieure à celle du public, la cote globale des établissements est toutefois en baisse, variant de 7,9 à 7,5 en cinq ans. Les résultats des élèves en français y sont aussi à la baisse.              

«Les écoles privées doivent se questionner. Qu’est-ce qui explique cette tendance? Il y a peut-être de bonnes raisons», affirme M. Cowley, qui souligne que ces établissements accueillent de plus en plus d’élèves en difficulté, dont la proportion ne cesse d’augmenter. 

Un palmarès pré-COVID  

Comme c’est le cas chaque année, l’édition 2020 du Palmarès des écoles du Journal est basée principalement sur les plus récents résultats disponibles des élèves de quatrième et de cinquième secondaire aux examens ministériels de fin d’année.

L’annulation, en raison de la pandémie de COVID-19, des examens prévus en juin dernier n’a donc aucune incidence sur les classements que nous publions aujourd’hui, car ceux-ci reposent sur les résultats aux épreuves tenues en juin 2019.       

  • Les résultats détaillés du Palmarès des écoles du Journal, qui permet de comparer entre elles 473 écoles secondaires, seront publiés en totalité demain, dans un cahier spécial de 36 pages et dans une carte interactive sur nos sites web.      
  • Pour la deuxième année de suite, un nouveau classement permettra de mettre en valeur les établissements accueillant plus d’élèves en difficulté que la moyenne.              

«Il y a des leçons à tirer de ces écoles qui accueillent un fort pourcentage d’élèves en difficulté et qui arrivent à les faire réussir mieux qu’ailleurs», souligne Peter Cowley, coauteur de ce palmarès réalisé par l’Institut Fraser.

43 écoles qui s’améliorent  

M. Cowley rappelle toutefois que le plus important, dans ce type de classement, est de regarder la progression d’une école sur cinq ans, afin de mesurer le chemin parcouru.

«Toutes les écoles peuvent s’améliorer. L’important, ce n’est pas d’où on part, c’est plutôt de s’assurer d’être dans la bonne direction», affirme-t-il.       

  • Cette année, 43 écoles ont réussi à améliorer les résultats de leurs élèves de façon significative.               

Le Journal vous présentera demain les secrets derrière le succès de plusieurs établissements.

«Parfois, les écoles hésitent à mettre en valeur leur succès. Mais on devrait mieux faire connaître leur réussite, et, surtout, comment elles y sont arrivées et s’en inspirer», conclut Peter Cowley.  

Les élèves en difficulté plus nombreux, mais le taux de retard baisse  

Sans surprise, la proportion d’élèves en difficulté continue d’augmenter dans les écoles secondaires québécoises, une tendance qui s’observe depuis des années : on en retrouve 28 % en 2019, comparativement à 24 % en 2015. Dans le réseau public, 32 % des jeunes ont des besoins particuliers comparativement à 17 % dans les établissements privés. 

Le taux de retard des élèves a toutefois connu une baisse significative depuis cinq ans dans les écoles publiques. Il s’agit du pourcentage estimé d’élèves de 4e secondaire qui ne termineront pas leurs études secondaires dans le délai habituel de deux ans. 

L’écart entre garçons et filles se creuse en mathématique  

Encore une fois cette année, les filles surpassent les garçons en français et en mathématique. Mais dans le réseau public, l’écart en math continue de se creuser, étant passé de 3,7 points de différence en 2015 à 4,2 points en 2019. Il s’agit d’une donnée préoccupante, selon l’auteur de ce palmarès, Peter Cowley. «Dans la plupart des provinces, les filles réussissent mieux que les garçons. Mais c’est préoccupant de voir que l’écart se creuse», dit-il. 

Les élèves meilleurs en science et technologie  

Bonne nouvelle en science et technologie : les résultats des élèves s’améliorent constamment, étant passés de 64,3 % à 72,3 % en cinq ans. L’amélioration se fait sentir à la fois dans les écoles publiques et dans les écoles privées. Dans le réseau public, les résultats sont aussi à la hausse en anglais langue seconde, alors que dans le réseau privé, les résultats sont plutôt en baisse en français. 

Les écoles secondaires québécoises en chiffres   

  • 473 écoles secondaires au total dans Le Palmarès   
  • 344 écoles publiques   
  • 129 écoles privées   
  • 786 élèves en moyenne par école   
  • 28 % des élèves sont handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA)