/news/coronavirus

Le port du masque pourrait éviter 130 000 morts aux États-Unis, selon une étude

Agence France-Presse

Le bilan de l'épidémie de Covid-19 pourrait encore doubler aux États-Unis d'ici fin février, pour dépasser les 500 000 morts, mais le port du masque pourrait éviter 130 000 de ces décès, concluent des projections publiées vendredi.

Selon le scénario jugé le plus plausible par ces chercheurs, où les gouvernements locaux restreindraient à nouveau les interactions sociales et la vie économique au-dessus d'un certain seuil de mortalité, les États-Unis déploreraient malgré tout 511 000 morts de la Covid-19 fin février.

Toutefois, si 95 % de la population de chaque État portait systématiquement un masque de protection en présence d'autres personnes, ce bilan pourrait être réduit de presque 130 000 personnes, selon les prévisionnistes de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME).

Même si le port du masque n'était respecté qu'à 85 %, 95 000 vies pourraient être épargnées, ajoutent-ils dans leur article, publié dans la revue Nature Medicine.

«Il apparaît de plus en plus clairement que les masques réduisent de façon considérable la transmission des virus respiratoires comme le SARS-CoV-2, et limitent donc la propagation de la Covid-19», soulignent les auteurs.

En septembre, environ 50 % des habitants des États-Unis déclaraient utiliser un masque de protection, en dépit des réserves de certains hommes politiques sur leur efficacité.

Donald Trump a rarement porté un masque en public, il a raillé l'habitude inverse prise par son rival à l'élection présidentielle Joe Biden, et peu de ses partisans couvrent leurs visages au cours de ses meetings.

Depuis janvier, le nouveau coronavirus a contaminé au moins 8,3 millions de personnes aux États-Unis et tué au moins 223 000 d'entre elles.

Mi-juillet, les équipes de modélisation de l'IHME avaient vu juste en prévoyant 224 000 morts au 1er novembre.

Au seuil de l'hiver, le pays connaît une recrudescence de l'épidémie, avec 75 000 nouveaux cas détectés jeudi, presque le double des niveaux enregistrés il y a un mois.

Alors que la plupart des experts s'accordent à dire qu'un vaccin efficace ne sera probablement pas disponible avant plusieurs mois, les mesures non-pharmacologiques comme le port du masque, la distanciation physique, l'isolement des malades et le traçage des contacts sont, par défaut, les outils les plus efficaces pour juguler l'épidémie.

Pour prévoir à quoi pourraient ressembler les prochains mois, les épidémiologistes et les prévisionnistes de l'IHME ont construit trois scénarios possibles.

Dans le premier, jugé peu probable, les États continuent à lever progressivement les restrictions actuelles aux déplacements et aux interactions sociales.

Au 28 février, le nombre total de morts du Covid-19 dépasserait alors 1 million et au moins 152 millions de personnes (45 % de la population) aurait été infectée par le coronavirus, estiment-ils.

Mais il est plus réaliste de s'attendre à ce que les États réinstaurent au contraire les mesures prises lors de la première vague de l'épidémie, telles que fermer les écoles, restreindre la taille des rassemblements publics et fermer totalement ou partiellement les commerces jugés non essentiels.

L'étude, qui qualifie cette hypothèse de «scénario de référence», montre que par le passé, ce type de mesures a souvent été pris quand le niveau de mortalité d'une ville ou d'un État dépassait le seuil de 8 morts par million d'habitants chaque jour.

45 des 50 Étata des États-Unis auront dépassé ce seuil avant fin février, estime-t-elle.

Même avec la réactivation de ces restrictions, le bilan total de l'épidémie atteindrait 511 000 morts et près de 72 millions d'infections fin février, ajoute l'article.

Enfin, dans un troisième scénario, où 95 % de la population adulte adopterait le masque, «129 574 vies pourraient être sauvées» sur la période allant du 22 septembre au 28 février, conclut-il.