/finance/homepage

L’ex-ministre Raymond Bachand à la tête d’un groupe de l'industrie touristique

Agence QMI

L’ex-ministre des Finances et du Tourisme Raymond Bachand dirige un groupe formé de chefs d'entreprise de l'industrie touristique du Québec qui veut faire pression sur les gouvernements pour éviter l’hécatombe.

La Conférence économique de l'industrie touristique québécoise a été mise sur pied afin de trouver des solutions concrètes face à ce qu’elle décrit comme «la crise la plus importante» de l’histoire de l'industrie touristique.

Rappelant qu’il s’agit du secteur économique le plus durement frappé au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde, le groupe croit qu’il est plus important que jamais d’éviter le pire, en l’occurrence, «la déstructuration d'un pan complet de notre économie».

«Je crois singulièrement à l'impact socioéconomique de ce secteur qui contribue grandement à la vitalité du Québec et de ses régions», a confié par communiqué Raymond Bachand, qui est aussi un ancien membre du conseil d’administration de Tourisme Montréal.

La ministre du Développement économique, Mélanie Joly, a «salué» la mise sur pied du nouveau regroupement, avec lequel elle s'est déjà entretenue vendredi midi.

À Québec, la ministre du Tourisme Caroline Proulx a aussi rencontré les membres de la Conférence au début du mois d'octobre. «Tous sont d’accord sur le fait que l’industrie est durement touchée par la crise actuelle, que cette dernière sera de longue haleine, et que la capacité d’accueil et le potentiel d’attractivité du Québec doivent absolument être préservés», a déclaré à l'Agence QMI Sandra O'Connor, attachée de la ministre Proulx.

Selon le Comité, avant la pandémie le tourisme québécois contribuait à l'économie du Québec à hauteur de 16 milliards $ annuellement, tout en représentant plus de 400 000 emplois.

On estime à 3,4 milliards $ les pertes de revenus pour l'année 2020-2021. C’est une étude effectuée en septembre dernier par la firme RCGT Horwarth HTL qui fait état des impacts majeurs de la crise actuelle sur le tourisme et sur l'économie québécoise.

Ces pertes de revenus correspondent ainsi à une baisse de «61 % du chiffre d'affaires pour les secteurs de l'hébergement, des attraits et des services touristiques, une prévision qui ne comprend pas les pertes de revenus de la restauration touristique et du sous-secteur des transports», précise-t-on.

Le comité présidé par Raymond Bachand est constitué de membres comme Christiane Germain (Germain Hôtels), Jacques Primeau (L'Équipe Spectra), Patrice Malo (Station Mont-Tremblant) ou encore Yan Hamel (Croisières AML).

«Les prochaines semaines seront critiques pour la pérennité de nombreuses entreprises, qu'elles soient en zone rouge ou non, a souligné M. Hamel. Nous parlons carrément de survie: comment au cours de la prochaine année, peut-on espérer payer nos employés, nos taxes, nos factures avec seulement 20 % de nos revenus habituels?»