/news/coronavirus

Lumière au bout du tunnel pour les nouvelles hospitalisations

Vincent Larin | Agence QMI

Après plusieurs mois difficiles, l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) entrevoit finalement une diminution du nombre de nouvelles hospitalisations dans les prochaines semaines.

Les capacités hospitalières ne devraient pas non plus être dépassées au courant des quatre prochaines semaines, prédit l’organisme gouvernemental dans son rapport hebdomadaire, dévoilé vendredi.

Ce dernier est basé sur un modèle qui permet de prédire, en fonction du nombre de cas de COVID-19 déclaré chaque semaine dans la province, le nombre d’hospitalisations qui en découleront.

«Si le taux de transmission reste constant, le nombre de nouvelles hospitalisations pour l’ensemble du Québec pourrait se stabiliser, voire même amorcer une diminution», précise donc l’INESSS dans son rapport.

Il est toutefois trop tôt pour crier victoire, estime l’épidémiologiste Mathieu Maheu-Giroux.

«C’est bon signe ce qu’on voit aujourd’hui, mais les cas restent relativement élevés, a précisé le chercheur de l’Université McGill. Avant de crier victoire, on doit stabiliser, garder ces acquis-là, pour s’assurer qu’on redescende vraiment.»

Mais, bonne nouvelle, le Québec ne se dirige pas vers un «scénario catastrophe», a-t-il souligné.

Parmi les nouveaux cas confirmés au cours de la semaine du 12 au 18 octobre, 358 présentent un risque élevé d’hospitalisation versus 351 la semaine précédente, alors que le nombre de cas est resté lui aussi relativement stable (6895 versus 6923).

Fait important à noter, l’INESSS souligne que ces projections ne prennent pas en compte les éclosions récentes survenues dans au moins quatre CHSLD où des «SWAT Teams» ont dû être dépêchées.

Compte tenu de la vulnérabilité des personnes qui y résident, il est possible de penser que des éclosions dans ces milieux aient un impact important sur le nombre d’hospitalisations.

«Si par exemple, on a une augmentation des cas chez les personnes plus âgées, la morbidité (taux de décès) est plus élevée», a expliqué Mathieu Maheu-Giroux.

Par voie de communiqué, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a souligné que ces projections étaient «rassurantes», tout en rappelant l’importance de respecter les consignes sanitaires.

«Cette situation prouve que les mesures mises en place jusqu’à maintenant commencent à porter leurs fruits, mais nous devons encore agir pour éviter le débordement du réseau et protéger le personnel. Nous devons maintenir le cap en ce sens au cours des prochaines semaines», a-t-il indiqué.