/finance/homepage

Plus de 800 000 emplois perdus au Québec de février à avril

Agence QMI

Bloc Emploi chômage

Photo Fotolia

La pandémie de COVID-19 a provoqué la perte de 820 500 emplois au Québec, entre février et avril, faisant exploser le taux de chômage, qui est passé de 4,5 à 17 % durant cette période. 

C’est ce qu’a rapporté vendredi l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) avec plusieurs graphiques à l’appui.

La reprise graduelle des activités a permis à l’emploi de reprendre du poil de la bête et le chômage s’est replié après le «sommet historique» atteint en avril dernier.

Avant la pandémie, en février, 20 000 emplois avaient été créés au Québec, qui était alors l’une des provinces ayant l’économie la plus florissante. Puis, en mars, quand la Belle Province s’est mise sur pause, 264 000 personnes ont perdu leur boulot, suivi de 556 000 autres le mois suivant.

C’est en mai, quand les magasins avec une porte extérieure ont pu reprendre leurs activités, de même que les garderies et les écoles à l’extérieur de la communauté métropolitaine de Montréal (CMM), que la situation a commencé à s’inverser, 230 000 emplois ayant été créés ce mois-là, alors que le chômage a reculé à 13,7 %.

L’été a été profitable au chapitre de l’emploi. En juin (+247 500), en juillet (+97 600), en août (+54 200) et en septembre (+76 700) il s’est créé beaucoup d’emplois, le chômage passant en quatre mois de 10,7 % à 7,4 %, le mois dernier.

Le Québec est en voie de rattraper le temps perdu, du moins si la deuxième vague n’est pas trop lourde de conséquences, montre les chiffres de l’ISQ. En février, la province comptait 4 384 500 emplois, alors qu’en septembre elle en dénombrait 4 270 900.