/news/law

Un importateur de drogue reste en prison

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

L'un des acteurs de l'importante tentative d'importation de cocaïne à Casey, en Haute-Mauricie, en 1992, devra encore rester derrière les barreaux.

Au mieux, la Commission des libérations conditionnelles du Canada accorde à Christian Deschênes une permission de sortie sans escorte pour du «perfectionnement personnel».

La porte est fermée pour une liberté conditionnelle ou même pour une semi-liberté.

«Votre dossier criminel incite à la prudence», notent les commissaires au dossier.

«Une récidive avant l'expiration légale de votre peine présenterait un risque inacceptable pour la société», ajoutent-ils.

Les commissaires observent toutefois que le comportement de Deschênes en captivité s'est amélioré. «Vos longues années d'incarcération, votre vieillissement, vous ont amené à revoir vos priorités», écrivent-ils.

Christian Deschênes a maintenant 64 ans. Il a jusqu'ici passé 45 ans et quatre mois derrière les barreaux. En novembre 1992, il était responsable de la réception des 4300 kilos de cocaïne convoyés depuis la Colombie par l'intrépide pilote Raymond Boulanger.

Il avait écopé de 23 ans de prison et avait commis d'autres crimes graves à sa libération. Deschênes est considéré comme ayant été actif dans les hautes sphères de la mafia italienne. Le pilote Raymond Boulanger estime que c'est lui qui doit porter la responsabilité de l'échec de l'importation de cocaïne.

«C'est lui qui était en charge du groupe pour récupérer le matériel. Il a sacré son camp à 7 h 30 de la piste (de Casey) sans autorisation. L'avion est arrivé à 9 h 15. S'il était resté sur place et avait fait sa "job", le coup aurait été réussi. C'est à cause de lui que ça a échoué», a indiqué Boulanger à TVA Nouvelles.