/news/politics

La CSQ déplore le manque d’action pour l’amélioration du service public

Agence QMI

Courtoisie CSQ

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) déplore le manque d’action du gouvernement Legault, un an après le dépôt de ses demandes pour l’amélioration des conditions de travail du service public.

• À lire aussi: Le nouveau programme du préscolaire

• À lire aussi: Diminution des abandons dans les cégeps de Montréal

• À lire aussi: Les intervenantes en petite enfance acceptent l'entente de principe

La présidente de la CSQ, Sonia Ethier, a demandé samedi l’intervention de Sonia LeBel, présidente du Conseil du trésor, dans ce dossier. 

«Une année après le dépôt de nos demandes pour améliorer la situation des travailleuses et des travailleurs en éducation, en santé et en enseignement supérieur, il n’y a pas de quoi célébrer. Nous avons toujours la désagréable impression de dialoguer avec un mur», a affirmé Sonia Ethier, par communiqué. 

Selon la présidente de la CSQ, les initiatives de recrutement de personnel prises par le gouvernement Legault pendant la pandémie de COVID-19 ne sont pas suffisantes pour améliorer les conditions de travail dans le secteur public. 

«Le gouvernement devra dégager un espace financier, à défaut d’entretenir la désertion professionnelle et le décrochage dans les écoles, les établissements de santé et les cégeps», a-t-elle ajouté. 

Alors que l’organisation syndicale a procédé à différentes actions pour interpeller le gouvernement, elle envisage d’exercer son droit à la négociation pour débloquer la situation, a également précisé la présidente de la CSQ.