/news/law

Un projet qui coûte 115 M$ plus cher à l’Université de Montréal

Hugo Joncas | Bureau d'enquête

GEN-GENTRIFICATION-PARC-EXTENSION

Photo d'archives, Agence QMI

Le coût de construction du nouveau Complexe des sciences de l’Université de Montréal passe de 260 M$ à plus de 375 M$, a appris notre Bureau d’enquête. L’établissement est à couteaux tirés avec le constructeur pour savoir qui épongera la facture.

EBC inc. réclame près de 124 M$ en frais non remboursés lors de la construction du Complexe, premier jalon du nouveau campus MIL de l’Université de Montréal (UdeM), situé sur l’ancienne gare de triage d’Outremont.

« On a effectivement un différend de construction, dit Martin Houle, vice-président principal aux finances chez EBC. La majeure partie des montants demandés est pour les frais additionnels non réglés. »

Il ne veut cependant pas commenter davantage. « Je ne négocierai pas sur la place publique », dit-il.

Une partie de la réclamation concernerait des montants déjà comptabilisés dans le contrat de base avec l’UdeM. Selon nos informations, le gros des sommes qui sont dues à EBC est toutefois lié à des milliers de changements qu’aurait demandés l’université en cours de chantier.

Des sous-traitants tentent aussi de récupérer d’importantes sommes. TBC Constructions inc., de Québec, exige 12,5 M$ pour des travaux d’électricité. La montréalaise J.P. Lessard Canada inc. réclame de son côté 10,2 M$ pour des travaux de ventilation et de climatisation. Ces sommes sont incluses dans le recours d’EBC.

« Exagéré »

L’UdeM juge la réclamation de l’entrepreneur général « très largement exagérée, tant pour les montants que pour le nombre de changements demandés ».

« On ne peut pas raisonnablement parler de “changements” pour chacune des questions et réponses qui sont posées en cours de chantier », écrit la porte-parole Julie Gazaille dans un courriel à notre Bureau d’enquête.

Elle mentionne que la réception définitive de l’immeuble n’a toujours pas eu lieu et que les retards ont entraîné « un casse-tête logistique et organisationnel majeur ».

« Nous avons dû débuter le trimestre d’automne 2019 dans les locaux du campus de la montagne avant de déménager deux semaines plus tard », écrit la porte-parole.

Labos pas terminés

Les laboratoires n’étaient pas terminés quand les premiers étudiants sont arrivés.

« Nous avons dû séquencer l’entrée des équipes de recherche : novembre 2019 pour géographie, fin janvier 2020 pour biologie et physique, et février pour chimie. »

À l’origine, le coût total du Complexe des sciences devait s’élever à 400 M$ en incluant les taxes, dont 260 M$ pour la partie construction, dont EBC est responsable.

« Le terrain a été viabilisé au préalable par l’Université et la Ville de Montréal au coût de 125 M$ », ajoute Julie Gazaille.

Le Complexe des sciences est la première étape d’un développement de 1,6 milliard de dollars sur l’ancienne gare de triage d’Outremont, acquise en 2006.

– Avec Philippe Langlois

Le projet en bref  

  • Réhabilitation des terrains de l’ancienne gare de triage du Canadien Pacifique (CP) 
  • Construction d’une passerelle reliant la station de métro Acadie au Complexe des sciences, par-dessus les voies restantes du CP 
  • Le Complexe des sciences, phases 1 et 2  
  • Un centre d’innovation voué à la recherche et au développement 
  • Un secteur résidentiel du côté sud du campus, qui accueillera 1300 logements, dont 30 % de logements abordables et sociaux, développé en partie par le promoteur Mondev.