/news/politics

Construction: une pénurie de travailleurs à venir?

Kevin Dupont | TVA Nouvelles

La question de la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction divise les employeurs et le milieu syndical.

La Commission de la construction du Québec a lancé un avertissement récemment: on a besoin de 13 000 travailleurs supplémentaires par année d'ici 2025. Ces prévisions sont semblables à celles de l'Association de la construction du Québec.

« Trois entrepreneurs sur quatre disent avoir des problèmes de recrutement à l'heure où l'on se parle. Les bassins de main-d'œuvre sont ouverts dans plusieurs régions et dans plusieurs quarts de métiers » explique Guillaume Houle, porte-parole de l'Association de la construction du Québec.

Le problème existe depuis longtemps certes, mais la pénurie s'est amplifiée dans les derniers mois à cause du vieillissement de plusieurs travailleurs, mais également du manque d'inscription dans les programmes de formation.

« Il y a un manque de jeunes aussi sur nos bancs d'école pour apprendre les métiers de la construction », ajoute Guillaume Houle.

Le syndicat des travailleurs n'y croit pas

Le syndicat des travailleurs affirme cependant le contraire. Selon eux, il n'y a pas de pénurie, mais c'est plutôt le temps de formation pour acquérir le niveau de compétence nécessaire qui dérange et aussi la pression des contrats.

« Nous, on ne croit pas à la pénurie (...) Le gros problème, c'est que le gouvernement est le plus gros donneur d'ouvrage. L'entièreté des contrats sont concentrés dans la même période. Ç'a créé par la suite une pression sur l'industrie. Ils pensent qu'en ce moment, il manque de monde », commente Carl Dufour, président de CSD construction.

Impacts à Québec

Malgré l'avertissement de la Commission de la construction du Québec sur le manque de travailleurs dans les prochaines années, certains propriétaires de maison ressentent déjà les effets de la pénurie de main-d'œuvre.

Nicolas Cartellier est résident de Charlesbourg et est aussi architecte. La demande est plus forte que l'offre selon lui.

« Il y a une demande exceptionnelle pour la rénovation résidentielle, ce qui fait que ça a pris un peu plus de temps pour nous. Ça va finir par se faire, mais il faut être patient ».

Les retards de matériaux sont aussi en cause pour Mario Martel, résident du même quartier.

« On a dû attendre au niveau de la céramique, de la pierre de finition et pour les luminaires, on a dû attendre trois mois ».

Plusieurs régions voient déjà certains de leurs projets commerciaux et résidentiels reportés à 2021 alors que d'autres constructions doivent être carrément annulées.