/news/coronavirus

Tension à la hausse dans les prisons

TVA Nouvelles

La conjointe d'un détenu de la prison de Hull à Gatineau déplore les conditions de détention, estimant que les droits des prisonniers sont brimés.

• À lire aussi: Explosion de cas de COVID-19 à la prison de Trois-Rivières

• À lire aussi: Prison de Hull: des détenus font du grabuge pour une deuxième nuit de suite

Il y a six cas de COVID-19 parmi les détenus de la prison de Gatineau en plus de trois employés infectés, ce qui exige de nouvelles mesures plus sévères, dont de l’isolement chez les détenus.

La communication est l’un des aspects qui a grandement changé depuis quelque temps. La femme du détenu dit payer une ligne téléphonique afin de garder contact plusieurs fois par jour. Si des appels privés pouvaient être faits comme bon leur semblait, elle n’a réussi à lui parler qu’à deux reprises en une semaine, et ce, avec la présence d’autres détenus et employés autour.

« Je n’ai pas envie que toutes ces personnes sachent ma vie privée. Il n’y a aucune intimité et aucun contact humain avec les gens qu’il aime », raconte la femme qui préfère ne pas être identifiée.

Les conditions d’hygiènes se sont aussi dégradées et les douches, espacées, selon elle. La femme raconte que son conjoint doit porter les mêmes vêtements plusieurs jours consécutifs, même si elle lui a apporté des vêtements propres.

Le représentant du Syndicat des agents correctionnels a mentionné à TVA Nouvelles que ce climat de tension a été à l’origine d’une émeute récemment à l’établissement de Hull. Le syndicat réclame également davantage d’attention de la part du gouvernement.