/news/coronavirus

«Certaines mesures pendant plusieurs mois», dit une infectiologue

TVA Nouvelles

Les Québécois doivent continuer dans leurs efforts pour endiguer la pandémie, croit une microbiologiste et infectiologue.

• À lire aussi: Des gyms vont défier le gouvernement

Alors que la date limite du défi 28 jours approche, la Dre Cécile Tremblay de l’Université de Montréal préférerait qu’on maintienne certaines mesures. 

«On doit aller dans le sens de la plus grande prudence plutôt que dans le sens de la plus grande libéralisation», explique-t-elle en entrevue à LCN.

Elle veut que l’on évite de se retrouver dans des situations comme on vit en France où l’on dénombre quelque 50 000 nouveaux cas de coronavirus par jour.

«Ce que les Québécois font, ça donne quelque chose. On a vu que ça empêchait les cas d’augmenter et ça, c’est très important, c’est ce qui fait que notre système de santé tient le coup», assure-t-elle.

Message aux gyms

La Dre Tremblay semblait déçue de l’approche de ces propriétaires de salles d’entraînement qui comptent rouvrir malgré la crise sanitaire.

«Ce n’est pas la bonne approche à avoir. On vit une crise et la solution à la crise est une réponse collective. Tout le monde doit mettre la main à la pâte et c’est désagréable pour tout le monde», dit-elle.

«Ne pas respecter les consignes du gouvernement, ce n’est jamais un bon exemple. C’est comme se dire qu’on est au-dessus des autres et qu’on n’a pas à faire la même chose», ajoute-t-elle.

Quant au fait de devoir prouver que les gyms ne sont pas des lieux d’éclosion, c’est presque impossible à faire. «Quand la transmission communautaire arrive à un certain niveau, on n’est plus capable de savoir», dit-elle.

Et Noël?

Comme le virus aime particulièrement les températures fraîches de l’automne et de l’hiver, elle demande à la population de se faire à l’idée. «On va avoir certaines mesures pendant plusieurs mois, tant que les vaccins ne seront pas disponibles», affirme la Dre Tremblay.

Elle croit que l’on peut toutefois aspirer à célébrer les Fêtes. Toutefois, ce ne sera pas de Noël d’antan avec la famille élargie, mais il y a de grandes chances que nous puissions au moins fêter avec notre famille proche.