/regional/quebec/chaudiereappalaches

Ces Français quittent tout pour s’installer au Québec

Clara Loiseau | Journal de Montréal

Les Français Coraly, Tybo, le père, David, la mère, Vanessa, Maryne et Tyméo Valence ont tout quitté pour venir s’installer ici.

Photo tirée de Facebook

Les Français Coraly, Tybo, le père, David, la mère, Vanessa, Maryne et Tyméo Valence ont tout quitté pour venir s’installer ici.

Tout quitter pour venir s’installer au Québec en plein milieu d’une pandémie mondiale, c’est le pari fou que relève une famille française qui n’est encore jamais venue ici.

« Avec mon mari, on vient d’avoir 40 ans, on voulait changer de vie, alors on s’est dit que c’était le moment de se lancer, raconte Vanessa Valence. La pandémie nous a vraiment confirmé qu’on voulait partir et commencer dans quelque chose de nouveau. C’est sûrement ça, la crise de la quarantaine. »

La Française mère de quatre enfants a choisi de venir s’établir à Lévis, sur la Rive-Sud de Québec.

Depuis plus d’un an maintenant, toute la famille prépare ce grand voyage depuis son petit village de Normandie, dans l’ouest de la France. Et si la pandémie ne change pas les plans, Mme Valence, son mari David, ses filles Maryne (19 ans) et Coraly (16 ans), ses fils Tybo (13 ans) et Tyméo (7 ans), en plus de leurs compagnons à quatre pattes Enco et Nelson arriveront à Montréal le 14 décembre. 

Ce sera la première fois de leur vie qu’ils traverseront l’Atlantique.

Un rêve qui se réalise

C’est un rêve de petite fille qui deviendra bientôt réalité pour celle qui a été préposée aux bénéficiaires pendant plus de 20 ans. 

Elle réorientera sa carrière avec des études dans l’administration en arrivant au Québec.

« Mon mari, lui, il voulait plus qu’on aille en Australie. Mais moi, ça a toujours été le Québec. C’est sûr que, niveau température, ce n’est pas vraiment la même chose », dit-elle en riant.

De son côté, M. Valence, agent de sécurité incendie et pompier, espère pouvoir travailler dans son domaine.

Mais c’est surtout pour offrir une meilleure chance à leurs enfants que Vanessa et David Valence ont choisi de quitter la France.

« Le système scolaire [français] ne convient pas trop à mes deux garçons. Ils ont beaucoup de problèmes de dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, et en France, quand vous avez un handicap, on a tendance à vous mettre de côté », affirme Vanessa Valence. 

Tybo entrera en 2e année du secondaire, tandis que son petit frère Tyméo ira en 2e année du primaire.

Du primaire... à l’université

De son côté, l’aînée de la famille, Maryne, a été acceptée à l’Université Laval, dans le programme de biologie. 

Sa sœur cadette, Coraly, commencera une technique en coiffure. Les deux sœurs espèrent aussi pouvoir cultiver la passion que leur a transmise leur père, celle d’être pompière volontaire.

« C’est vraiment une passion et j’aimerais vraiment pouvoir continuer de faire ça, même avec mes études », explique Maryne, qui est déjà employée avec sa sœur dans une caserne proche de chez elle.