/news/world

Conflit au Haut-Karabakh: BRP suspend l’exportation de moteurs de drone

Agence QMI

Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Bombardier Produits récréatifs (BRP) a suspendu l’exportation de ses moteurs Rotax vers des pays qui en feraient un usage militaire après des informations provenant d’Arménie voulant que des drones armés aient été équipés de ceux-ci.

• À lire aussi: Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur un «cessez-le-feu humanitaire» à partir de lundi

• À lire aussi: Bombardier : la vente d’usines à Spirit va de l’avant

Cette décision de BRP survient dans un contexte où un nouveau conflit armé a éclaté le mois dernier au Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie.

«Nous avons effectivement été mis au courant récemment que certains de nos moteurs Rotax sont présentement utilisés à des fins non civiles. Aussitôt que nous avons eu connaissance de cette situation, nous avons immédiatement déclenché une enquête exhaustive», a déclaré par courriel à l’Agence QMI Martin Langelier, vice-président principal des services juridiques et affaires publiques chez BRP.

«L'utilisation de ces moteurs est exclusivement réservée à des fins civiles comme ceux-ci sont certifiés uniquement pour un usage civil», a poursuivi M. Langelier.

Rotax est une filiale de BRP basée en Autriche, où sont produits tous les moteurs d’avion de BRP.

L’entreprise n’a pas répondu plus précisément aux questions à ce sujet, notamment à savoir combien de moteurs n’ont pas été livrés en raison de cette décision.

Le 5 octobre, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, avait déclaré avoir suspendu les licences d’exportation de «technologies canadiennes utilisées dans le conflit militaire» vers la Turquie.

Le Canada avait déjà suspendu la plupart de ses exportations d’équipement militaire vers la Turquie en octobre 2019, en raison de son invasion du nord-ouest de la Syrie.

Le premier ministre Justin Trudeau s’est entretenu avec son homologue arménien, Nikol Pashinyan le 16 octobre dernier. Trudeau avait alors «manifesté son appui solide aux efforts de médiation déployés par la communauté internationale, notamment par le Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe».