/news/coronavirus

COVID-19: week-end noir à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Martin Lavoie | Journal de Québec

Photo d'archives

La COVID-19 a frappé durement l’Hôtel-Dieu de Lévis, en fin de semaine, faisant six morts dans l’hôpital, où le plus récent bilan fait état de 106 personnes ayant contracté la maladie.

On fait état de six morts en deux jours, alors que toute la région de Chaudière-Appalaches n’avait connu que huit décès durant l’ensemble de la première vague.

«C’est très triste (...). Au début de la semaine dernière, je vous aurais dit que la situation était vraiment critique à l’Hôtel-Dieu. Il y avait quatre unités en éclosion. Malgré les chiffres, aujourd’hui, ça va mieux. Le portrait global est encourageant», tempère la Dre Liliana Romero, directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches.

«Il y a eu une sensibilisation des employés et des gestionnaires sur tous les étages, un renforcement de toutes les mesures de prévention et de contrôle. Les mesures étaient en place, mais elles n’étaient pas toujours appliquées de manière optimale», a-t-elle ajouté.

Les masques

«Les lunettes de protection et le masque de procédure ne sont pas étanches», plaide Carole Mercier, vice-présidente du Syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches (SPSCA).

«Nous voudrions des masques N95 pour tout le monde. Les gens font super attention. Ils savent qu’ils sont dans une unité où il y a plusieurs cas positifs, mais ils finissent par se contaminer. Nous étions mieux équipés en mai. Il y a vraiment beaucoup d’inquiétude chez nos membres», poursuit-elle.

Sur les 106 personnes infectées à L’Hôtel-Dieu de Lévis, 58 sont des employés.

La Dre Romero rétorque que les N95 sont utilisés lorsque la situation le nécessite, selon les recommandations de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ).

101 cas chez Olymel

Toujours sur la Rive-Sud, le dépistage des 1240 employés de l’usine Olymel de Vallée-Jonction se poursuit. Onze nouveaux cas s’ajoutent, pour un total de 101 sur les 358 employés testés en date de dimanche. En ajoutant ceux d’aujourd’hui, jusqu’ici, environ 500 employés ont subi des tests.

«La problématique est plus concentrée durant le quart de travail de jour. Les chiffres (de la contagion) des quarts de soir et de nuit sont comparables à ceux de la population en général. Ils peuvent continuer de fonctionner à pleine capacité. On va finir le dépistage et on décidera, d’ici 48 heures, si on devra y aller avec des mesures plus serrées», explique la Dre Romero.

Elle cherche notamment à déterminer si la contagion est concentrée dans un département précis.

Plus de rouge

Le bilan du jour de 61 cas dans la région, comparativement à 90 la veille, ne réconforte pas du tout la Dre Romero.

«Nous avons remarqué que le bilan du lundi est parfois très optimiste. Il y a une diminution du nombre de tests le dimanche complétés par les laboratoires. On a l’impression que ça va mieux le lundi, mais ce n’est pas le cas. La semaine dernière, la moyenne était de 78 cas par jours et la semaine d’avant, de 70. La tendance est encore en augmentation.»

Interrogée une heure avant l’annonce du gouvernement de prolonger de quatre semaines l’état d’alerte au Québec, il ne faisait aucun doute, pour la Dre Romero, que non seulement Chaudière-Appalaches devait rester en rouge, mais que le niveau d’alerte pourrait s’étendre à l’ensemble de la région.

«La tendance de la région est encore en rouge. Je vois de plus en plus que les taux d’incidence augmentent dans les territoires orange (des MRC) de Montmagny, L’Islet et Les Etchemins. J’ai besoin encore de quelques jours pour regarder les autres indicateurs, l’évolution des éclosions, les taux de positivité des tests, et ces territoires vont peut-être virer au rouge.»

Capitale-Nationale

Avec 91 cas nouveaux cas de coronavirus lundi, la Capitale-Nationale passe sous la barre des 100 pour la première fois en six jours.

La maladie continue de frapper fortement le Centre d’hébergement Saint-Augustin, où 46 cas sont dénombrés parmi les résidents et 76 chez les employés. Des chiffres qui ont respectivement augmenté de 4 et de 19 par rapport au bilan de vendredi.

Questionné en avant-midi à QUB radio, le Dr André Dontigny, directeur de santé publique de la Capitale-Nationale, n’a pas hésité à dire que la région devait demeurer en alerte rouge.

«D’un point de vue régional, je dois recommander la poursuite de ce palier rouge compte tenu de la situation (...). On est passé de la fin août à environ 200 cas par semaine à environ 150 ou 200 cas par jour. Ça cause une pression importante sur les établissements de santé. C’est une situation qui est grave et qui, pour l’instant, ne prend pas le bon bord.»

«On invite les gens à faire une analyse personnelle. Qu’est-ce que je suis en mesure de faire? Est-ce que je pose systématiquement les gestes attendus dès que je me trouve à l’extérieur [du domicile], dans les milieux de travail? On a plus d’une soixantaine d’éclosions dans les milieux de travail», a-t-il aussi indiqué.

Le Dr Dontigny a également précisé que le recrutement pour les enquêtes épidémiologiques se poursuit, «pour pouvoir intervenir correctement, même si on arrivait à 300 cas par jour.»

Lors de sa conférence de presse en début de soirée, le premier ministre François Legault a laissé entendre que les assouplissements qu’il pourrait envisager dans deux semaines seront évalués au cas par cas, en considérant «d’où part» chaque région.

«Il y a des régions où il y a plus de travail à faire. À Québec, puis en Chaudière-Appalaches, il y a plus de travail à faire qu’à Montréal», a-t-il déclaré.

– avec la collaboration de Marc-André Gagnon

Morts par vague   

Chaudière-Appalaches Capitale-Nationale  

- 1er avril-25 juin 8 184   

- 26 juin-6 septembre 0 11  

- 7 septembre-25 octobre 51 90   

- Total 59 285      

Source: Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ)