/news/law

Une peine de 56 mois pour avoir attaqué gratuitement des inconnus sur la Grande Allée

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Romolo Tavani - stock.adobe.com

Un individu qui a attaqué gratuitement des inconnus à l’hiver 2018 alors qu’il était armé soit d’un couteau, soit d’un tournevis a été condamné, lundi, à purger une peine de détention de 56 mois. 

Détenu depuis son arrestation en février 2018, il ne reste toutefois à Gilles Verrault Alvaro qu’un reliquat de sept mois à purger en raison de sa détention préventive.  

Un fait que l’accusé – qui semblait pressé d’en finir – a semblé mettre dans la balance lorsqu’il a choisi de plaider coupable aux accusations de voies de fait armées, voies de fait graves et menaces de mort qui pesaient contre lui.  

«Je plaide coupable parce que je vais sortir plus tôt qu’avec une date de procès et je suis d’accord avec mon avocate sur le fait que je n’aurais pas été capable de soulever un doute raisonnable», a-t-il dit au juge Christian Boulet, qui a entériné les plaidoyers de culpabilité et la suggestion commune présentée par la poursuivante, Me Mélanie Tremblay, et l’avocate de la défense, Me Adèle Juster. 

Attaque au couteau

Le 7 janvier 2018, Verreault Alvaro a frappé gratuitement un homme qui se baladait avec des amis sur la Grande Allée à Québec. Une fois le coup porté, les amis de la victime sont intervenus et c’est à ce moment que l’accusé a sorti un couteau.  

«Monsieur Alvaro a alors tenté de donner un coup à la tête d’un des individus qui a réussi à esquiver», a précisé la poursuivante.  

Arrêté par les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), puis remis en liberté, Verreault Alvaro s’est retrouvé une fois de plus sur la Grande Allée, le 8 février 2018, où il a adopté, selon les témoins de la poursuite, «un comportement dérangeant». 

«Des clients qui se trouvaient sur une terrasse lui ont demandé de quitter. Monsieur Alvaro va donc donner un coup à la première victime, puis il a été plaqué au sol par un militaire de formation. L’accusé s’est débattu alors qu’il était armé d’un tournevis», a ajouté Me Tremblay. 

Crâne perforé

Une troisième victime qui a tenté de s’interposer a alors reçu un coup à la tête, ce qui lui a perforé le crâne.   

«La victime a passé cinq jours aux soins intensifs et, encore aujourd’hui, elle éprouve des problèmes d’attention, a des pertes de mémoire à court terme et elle est suivie par un neuropsychiatre», a ajouté Me Tremblay. 

Malgré la gravité des gestes reprochés à l’accusé, la poursuivante a souligné au président du tribunal que la suggestion prenait en compte le jeune âge de l’accusé, qui a 30 ans, ainsi que son plaidoyer de culpabilité. 

Au sortir de sa détention, Verreault Alvaro devra respecter une peine de probation de trois ans, assortie d’un suivi de 12 mois.