/news/world

Vers un nouveau confinement en France?

Agence France-Presse

La perspective d'un nouveau confinement prend corps en France face à une deuxième vague «brutale» de la COVID-19 qui pourrait même être «plus forte que la première», s'alarme Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L’Europe donne un tour de vis pour «sauver Noël»

• À lire aussi: La réponse immunitaire au vaccin d'AstraZeneca est encourageante

Le président Emmanuel Macron réunira mardi un Conseil de défense consacré à la COVID-19, puis son premier ministre Jean Castex réunira les forces politiques et les organisations patronales et syndicales, avant un deuxième conseil de défense mercredi toujours consacré à l'épidémie.

Les deux réunions autour de Jean Castex ont pour but d'évoquer «les durcissements envisagés dans la gestion de la crise sanitaire» de la COVID-19, ont indiqué les services du premier ministre à l'AFP.

À propos de la deuxième vague de l'épidémie qui était «prévue», M. Delfraissy a expliqué néanmoins: «nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours».

«La deuxième vague va probablement être plus forte que la première» et «beaucoup de nos concitoyens n'ont pas encore pris conscience de ce qui nous attend», a jugé M. Delfraissy sur la radio RTL, en évoquant une «situation difficile, voire critique».

Un nouveau record a été battu dimanche avec 52 000 cas positifs enregistrés en 24 heures, et leur nombre réel pourrait même tourner «autour de 100 000 par jour», selon le professeur.

Le nombre de malades en réanimation continue de progresser, dépassant les 2500, des chiffres plus atteints depuis mai.

M. Delfraissy voit «deux hypothèses» pour tenter de juguler cette deuxième vague.

La première est «d'aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le week-end». Si cela ne suffit pas, un confinement pourrait ensuite être envisagé.

La deuxième hypothèse est «d'aller directement vers un confinement, moins dur que celui du mois de mars», qui «permettrait probablement de conserver une activité scolaire et un certain nombre d'activités économiques», avec un recours accru au télétravail.

Lors de la première vague au printemps qui avait fait 30 000 morts, la France avait connu un confinement général de la population de deux mois. Le bilan total de l'épidémie s'élève actuellement à 34.761 morts dans le pays.

Depuis la mi-octobre, un couvre-feu est en place de 21h à 06h du matin dans de nombreuses villes et régions. Il a été étendu ce week-end et concerne désormais 46 millions de Français soit les deux tiers de la population.

«Le couvre-feu, c'est un pari risqué (...) Si on n'est pas efficace du tout, il faudra confiner, il n'y aura pas d'autres solutions», a averti sur France Info Éric Caumes, chef du service infectiologie de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP).

«Un reconfinement paraît plausible, il a été fait en Israël, en Australie avec beaucoup de succès», a également jugé l'épidémiologiste Antoine Flahault sur la chaîne télévisée BFMTV.

«Si on reconfine totalement comme on l'a fait en mars, ce n'est pas -10% de récession qu'on risque, c'est un écroulement de l'économie», a toutefois mis en garde le président du patronat français Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a admis lundi qu'après un rebond de la croissance (environ +16%) au troisième trimestre, elle «sera négative au quatrième trimestre».

Lors de la première vague, des patients de régions très touchées avaient été transférés dans des zones quasi épargnées pour réduire la pression en réanimation, mais la deuxième vague touche tout le territoire, avertissent les spécialistes.