/news/politics

Le manque de transparence du gouvernement menace la «paix sociale», dit Anglade

Vincent Larin | Agence QMI

Le premier ministre, François Legault, doit faire preuve de plus de transparence sans quoi la « paix sociale » est menacée au Québec, estime la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade.

Des appels à la « désobéissance civile » se font maintenant entendre, a-t-elle souligné, au lendemain d’une sortie publique de la part d’une coalition de propriétaires de gyms qui menacent de rouvrir leurs établissements malgré les consignes gouvernementales.

« On s’en va dans la mauvaise direction lorsqu’on a des gens qui maintenant mettent au défi les règles du gouvernement et disent qu’ils ne vont pas respecter les règles », a-t-elle déclaré.

Selon elle, François Legault ne se trouverait pas dans une telle position s’il avait accepté de rendre publics les avis de la santé publique sur lesquels il base ses décisions quant aux mesures sanitaires mises en place.

« Si on avait fait preuve de plus de transparence et de cohérence, on ne serait pas rendus là aujourd'hui », a dit la dirigeante du Parti libéral du Québec.

Lundi, François Legault a annoncé que les mesures sanitaires en place en zone rouge seraient prolongées pour quatre semaines encore.

Le nouveau chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a avoué avoir un « problème de confiance », tout comme la population, « tant que les avis de santé publique ne seront pas rendus publics de manière transparente ».

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, déplore aussi le manque de cohérence dans les décisions gouvernementales. Elle a donné en exemple le cas de l’usine Olymel à Vallée-Jonction qui déplore un mort et plus de cas 90 cas de contamination et qui reste ouverte alors que les musées, où aucune éclosion n’a été déclarée selon elle, sont fermés.

« C'est quoi, la logique derrière ça? Moi, je comprends que les gens ne comprennent pas. Je ne comprends pas moi non plus », a-t-elle lancé.