/news/coronavirus

«On ne va probablement pas pouvoir se rassembler» à Noël, admet Trudeau

Agence QMI

L'Halloween n'est pas encore passée que, déjà, le premier ministre Justin Trudeau a commencé à tempérer les attentes des Canadiens qui espèrent pouvoir se rassembler en famille à Noël.

• À lire aussi: Québec a toujours comme objectif de sauver Noël

• À lire aussi: Le pape privé de fidèles pour les cérémonies de Noël

• À lire aussi: L’Europe donne un tour de vis pour «sauver Noël»

«C’est nul. Vraiment, vraiment [It sucks. It really, really does en anglais]», a exprimé sans détour le premier ministre lors d'une conférence de presse tenue mardi pour faire le point sur la pandémie. Il a ensuite modéré ses propos en français, en laissant tomber un «c'est plate» pour décrire les ravages causés par la lutte contre le coronavirus.

«Mon fils Hadrien m'a demandé il y a quelques semaines "papa, est-ce que la COVID, c'est pour toujours?" Et là, le membre de la GRC qui était avec moi s'est penché un peu pour entendre ma réponse parce que lui aussi voulait savoir quoi dire à ses enfants», a raconté M. Trudeau.

«Non, ce n'est pas pour toujours, mais c'est encore pour un bon bout de temps. On va passer un hiver plate, désagréable à certains niveaux», a répondu le premier ministre à son fils de 6 ans.

«Noël s'en vient. On va probablement, dans plusieurs partis du pays, ne pas pouvoir se rassembler avec nos familles, même si on fait vraiment attention dans les semaines à venir... mais peut-être», a ensuite reconnu le premier ministre.

Le premier ministre du Québec, François Legault, s'est quant à lui montré un peu plus optimiste, mardi, en disant croire qu'il sera possible de se réunir en famille à Noël, tout en admettant qu'on peut faire une croix sur les grands rassemblements et sur les «partys» de bureau.

Il faut dire que les rassemblements familiaux de l'Action de grâce ont laissé un goût amer dans plusieurs provinces. Au cours des derniers jours, l'Ontario, la Colombie-Britannique et l'Alberta ont tous battu des records de cas de COVID-19, amenant même ces deux dernières provinces à légiférer pour restreindre la taille des rassemblements.

L'idée de vastes réunions familiales typiques du temps des Fêtes n'enchante donc guère les agences de santé publique du Canada, qui redoublent d'efforts ces jours-ci pour tenter de mieux contrôler la pandémie et, surtout, pour convaincre les citoyens de continuer à respecter les normes sanitaires.

«Ça ne va pas être facile, mais on va passer au travers, en prenant soin les uns des autres», a promis le premier ministre en appelant les Canadiens à continuer à «endurer» d'ici à ce que le virus puisse être finalement contrôlé, grâce au déploiement d'un futur vaccin.