/news/law

Un voleur tue une jeune mère pour quelques dollars

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

CHLOÉ BELLEHUMEUR-LEMAY DANIEL ARSENAULT

Capture d'écran, courtoisie

Un voleur qui a tué une jeune mère de famille de Lanaudière pour quelques billets de banque, malgré les supplications et les cris d’horreur de celle-ci, a été condamné à la prison à vie mardi, sans libération avant 17 ans.

• À lire aussi: Daniel Arsenault accusé du meurtre de Chloé Bellehumeur-Lemay

• À lire aussi: Resto-bar incendié: un vol pourrait être à l'origine du meurtre

• À lire aussi: Une mort injuste et inexpliquée selon les proches

Daniel Arsenault a attendu la fermeture du Resto-Bar 239 pour commettre son crime, le 1er juillet 2018, vers 3h02.

Le voleur multirécidiviste s’est présenté à l’établissement licencié de Saint-Gabriel-de-Brandon, situé à 400 m de chez lui.

Dès que Chloé Bellehumeur-Lemay a fermé les lumières, il s’est jeté sur la jeune serveuse, cagoulé et couteau à la main.

Chloé Bellehumeur-Lemay ferme les lumières du bar vers 3 h du matin.

Capture d'écran, courtoisie

Chloé Bellehumeur-Lemay ferme les lumières du bar vers 3 h du matin.

Daniel Arsenault se jette sur elle et tente de la maîtriser avec son couteau.

Capture d'écran, courtoisie

Daniel Arsenault se jette sur elle et tente de la maîtriser avec son couteau.

Le drame a été filmé par des caméras de surveillance. Le Journal a pu visionner la troublante vidéo, mais a choisi de ne pas la publier dans son intégralité.

Sur les images, on voit la frayeur dans le regard de la femme de 22 ans, qui est prise par surprise à l’arrivée d’Arsenault.

Bien que la vidéo n’ait pas de son, on la voit crier à pleins poumons, tremblante, tentant de se protéger avec ses mains.

Arsenault la saisit et l’emmène sous la menace dans la salle de bain. « Arrête ! », lit-on sur les lèvres de la mère de famille.

Le tueur entraîne la victime sous la menace­­­ dans la salle de bain.

Capture d'écran, courtoisie

Le tueur entraîne la victime sous la menace­­­ dans la salle de bain.

Une vingtaine de secondes s’écoulent avant qu’on voie le meurtrier faire un mouvement brusque de la main droite.

Poignardée au cou

Puis, Arsenault referme la porte, laissant à l’agonie la victime poignardée au cou.

Il passe ensuite 20 minutes à fouiller chaque recoin à la recherche d’argent.

Couteau à la main, le voleur cherche de l’argent derrière le bar.

Capture d'écran, courtoisie

Couteau à la main, le voleur cherche de l’argent derrière le bar.

Et pour tenter de camoufler son crime crapuleux, il met le feu au resto-bar.

Arsenault se tient dans l’embrasure de la porte de la cuisine, où il mettra le feu.

Capture d'écran, courtoisie

Arsenault se tient dans l’embrasure de la porte de la cuisine, où il mettra le feu.

À l’arrivée des pompiers de la MRC d’Autray, les flammes étaient déjà vives.

Dans les décombres, ils ont trouvé la victime étendue dans une mare de sang.

Un locataire qui résidait au deuxième étage a pu sortir à temps.

Si la vidéo montrant les derniers moments de Chloé Bellehumeur-Lemay est à glacer le sang, elle a permis aux enquêteurs de la Sûreté du Québec de mettre la main au collet de son tueur sans scrupule.

Le meurtrier montre la moitié de son visage à la caméra.

Capture d'écran, courtoisie

Le meurtrier montre la moitié de son visage à la caméra.

Il enlève sa cagoule

Les limiers l’ont identifié aisément, car l’homme au lourd casier judiciaire a enlevé sa cagoule pendant qu’il fouillait les lieux.

Arsenault a été arrêté dans les heures suivant la découverte du corps de la jeune mère. Il avait 110 $ dans son portefeuille. 

Mardi, l’homme de 54 ans a plaidé coupable à un chef d’accusation réduit de meurtre non prémédité et un autre d’incendie criminel.

« M. Arsenault n’avait pas l’intention de commettre un meurtre », a fait valoir Me Patrick Davis, de la défense.

Le criminaliste et la Couronne, représentée par Me Marc-André Ledoux, ont suggéré à la magistrate une peine de détention à vie, sans libération avant 17 ans. 

La juge Johanne St-Gelais a acquiescé à cette recommandation devant une quinzaine de proches de la victime réunis au palais de justice de Joliette.

Ceux-ci ont préféré ne pas commenter.