/news/coronavirus

Forte adhésion des Québécois aux mesures sanitaires

TVA Nouvelles

Trois Québécois sur quatre respectent les consignes sanitaires imposées par le gouvernement, montrent les données recueillies par l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) depuis le début de la pandémie de COVID-19.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Geneviève Guilbault appelle l’opposition à faire preuve de solidarité

• À lire aussi: COVID-19: nombre de cas en baisse à Québec, mais en hausse dans Chaudière-Appalaches

Ce constat général, dont les données ont été colligées par sondage, montre donc qu’une majorité de Québécois, près de 75% d’entre eux, respecte les restrictions et les consignes.

Le 25% restant ne signifie pas qu’il y a des récalcitrants aux mesures sanitaires, soutient toutefois Ève Dubé, anthropologue, à l’INSPQ.

«Quand on regarde l’ensemble des mesures, il y a des variations, et ça ne veut pas dire que les gens ne les respectent pas du tout, ça peut simplement vouloir dire qu’ils ne les respectent pas toujours», explique en entrevue à TVA Nouvelles Mme Dubé. 

Elle donne en exemple la mesure du port du masque, qui elle est respectée par 90% des Québécois. Il semble que ce soit la distanciation physique qui reste le plus difficile à appliquer dans le quotidien, selon les données. 

«C’est une mesure qui peut être plus difficile à appliquer, si par exemple on prend les transports en commun, mais ce n’est pas nécessairement parce qu’on ne veut pas le faire, mais parce que le wagon du métro est bondé. Il y a des nuances qu’il faut apporter», soutient-elle. 

L’anthropologue considère que la majorité des Québécois sont de bonne foi, et de bonne volonté et suivent les mesures. Toutefois elle note qu’il peut y avoir eu de la confusion concernant les rassemblements privés au cours de l’été. 

«Quand on regarde les mesures phares : le lavage des mains, le port du masque, les rassemblements privés, on voit une nette augmentation [de l’adhésion] à ces mesures. Le message semble avoir été entendu par la majorité des gens qu’il faut faire un effort supplémentaire, limiter nos contacts pour prévenir la propagation», assure la chercheuse. 

Elle observe également que la fatigue face aux mesures sanitaires est bien présente, particulièrement lorsqu’il est question de les faire durer dans le temps. 

***Voyez son entrevue dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie