/news/coronavirus

Geneviève Guilbault appelle l’opposition à faire preuve de solidarité

Charles Lecavalier | Journal de Québec

Les questions des partis d’opposition concernant les mesures sanitaires du gouvernement minent le moral des Québécois, estime la ministre Geneviève Guilbault, qui demande aux partis d’agir de façon responsable.

• À lire aussi: Le manque de transparence du gouvernement menace la «paix sociale», dit Anglade

«Miner le moral des Québécois et minimiser les efforts des Québécois [...] ce n‘est pas responsable», a-t-elle lancé lors d’une sortie en règle contre le Parti libéral, le PQ et Québec solidaire. 

«Remettre en doute ou remettre en question l’adhésion des Québécois aux mesures sanitaires, insinuer ou présumer de troubles à la paix sociale, comme ça a été fait par le PLQ, ce n’est pas responsable. On a vu l’effet lorsque les partis d’opposition ont remis en doute l’utilisation de l’application COVID. On a vu les effets que ça a amenés», a ajouté Mme Guilbault. 

«Ça suffit», dit Anglade 

La cheffe libérale Dominique Anglade a rapidement répliqué. «Ça suffit. Ça ne peut pas toujours être la faute des autres. Des oppositions, des journalistes et des citoyens qui posent des questions, c’est légitime», a-t-elle écrit dans les médias sociaux.  

«Le manque de tests, le transfert de personnel en zone rouge, le délestage de chirurgies, et j'en passe. C’est la responsabilité du gouvernement de donner des vraies réponses. Un mot: imputabilité», a-t-elle ajouté.  

La veille, une sortie de Mme Anglade avait mis le feu aux poudres. Elle réagissait à la sortie musclée de près de 250 centres d’entraînement qui menaçaient d’ignorer l’ordonnance de fermeture de la Santé publique. Elle soutenait que le manque de transparence du gouvernement pouvait provoquer de la «désobéissance civile». Ce matin, les gyms ont changé d’avis et organiseront plutôt des manifestations, mais la fronde était réelle. 

Docilité 

«Dans le genre de contexte qu'on vit actuellement, d'urgence sanitaire, on doit tous agir de façon responsable, dans la solidarité, dans l'unité entre élus», a lancé Mme Guilbault. Le contraire est «irresponsable». 

Le chef parlementaire péquiste Pascal Bérubé a lui aussi répliqué. «Il faudrait être docile?» s’est-il demandé dans les médias sociaux. 

Les partis d’opposition, comme plusieurs membres de la société civile, demandent plus de transparence de la part du gouvernement Legault dans sa gestion de la pandémie. 

Ils demandent par exemple que soient révélées les recommandations que la Santé publique fait au bureau du premier ministre, ainsi que les données précises sur les éclosions. Pourquoi, par exemple, laisser des abattoirs ouverts malgré de multiples éclosions, alors que les musées sont fermés, sans données probantes? s'interrogeait la veille la cheffe parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé. Le premier ministre Legault l'avait dénoncée pour cette question. 

Dans la même catégorie