/news/coronavirus

La pandémie fait reculer le dépistage du cancer du sein

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Le Mois de la prévention au cancer du sein se termine et on se rend compte que la pandémie de COVID-19 a eu un impact majeur sur le dépistage.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

En Estrie, entre le 1er avril et le 10 octobre, 4685 femmes de moins ont subi une mammographie par rapport à la même période de 2019.

«J'ai peur pour toutes ces femmes-là, a dit Catherine Wilhelmy, qui est en rémission d'un cancer du sein. Évidemment que la grande majorité d'entre elles ne seront pas diagnostiquées positives. Pour les trois ou quatre qui le seront, le temps file.»

La Sherbrookoise est bien placée pour témoigner de l'importance d'un diagnostic rapide. «Moi, je me suis toujours fait l'auto-examen des seins chaque mois. Et en l'espace d'un seul mois, je suis passé de rien du tout à un cancer de stade 3. Si nous n'avions pas détecté le cancer aussi rapidement, je ne pense pas que je serais devant vous aujourd'hui», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles mercredi.

Entre le 1er avril et le 10 octobre 2019, 11 903 dépistages du cancer du sein avaient été réalisés en Estrie, comparativement à 7218 pour la même période cette année.

«Ce printemps, il y a eu du délestage et nous avons repris la cadence au mois de juin», a mentionné la coordonnatrice de la cancérologie au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie-CHUS, Nathalie Fortin.

«Cet automne nous réalisons plus de dépistages qu'à l'automne 2019 parce qu'on est conscients qu'il y a du rattrapage à faire, a-t-elle poursuivi. Il y a des plages horaires disponibles en soirée, en plus des blitz de dépistages les fins de semaine.»

La Fondation du cancer du sein du Québec invite les femmes à ne pas hésiter à se présenter à leur dépistage.

«Toutes les mesures nécessaires pour contrer la propagation de la COVID-19 sont prises, il ne faut pas avoir peur d'aller passer un test de dépistage. Les conséquences d'un diagnostic tardif peuvent être graves», a insisté Jida El Hajjar, vice-présidente aux investissements et promotion de la santé à la Fondation cancer du sein du Québec.

Dans la même catégorie