/news/law

«Prendre une fille à la gorge et la plaquer contre un mur ce n’est pas rien»

TVA Nouvelles

Le chanteur Éric Lapointe n’aura pas de dossier judiciaire, même s’il a plaidé coupable d’avoir violenté une femme à la suite de sa fête d’anniversaire, alors qu’il était intoxiqué. Il devra toutefois respecter plusieurs conditions pendant un an.

• À lire aussi: Pas de casier judiciaire pour Éric Lapointe

Néanmoins, la décision d’un juge d’entériner la suggestion commune des parties hier fait beaucoup réagir, et envoi un mauvais message, selon le chroniqueur Richard Martineau. 

«Prendre une fille à la gorge et la plaquer contre un mur ce n’est pas rien, juge-t-il. C’est un geste assez grave, et de dire que finalement, lui il va s’en tirer sans peine de prison, sans dossier criminel. Il s’en sort avec une petite tape sur les doigts en se faisant dire ‘’tu dois te tenir tranquille pendant un an’’», dénonce Martineau.

Une conclusion encore plus difficile à accepter puisque la victime dans cette affaire est encore très perturbée par l’événement qui s’est déroulé il y a un an.  

Lapointe a fait valoir le fait qu’il était très intoxiqué lors des faits. «Ce n’est pas une excuse», soutient Martineau. 

«Monsieur Lapointe, si vous devez violent lorsque vous êtes en boisson... ben cris*** arrête de boire! Va en thérapie et arrête de boire!»

Il juge que les messages qui circulent dans la société par rapport à la violence faite aux femmes sont contradictoires. 

«C’est bizarre. On est dans un climat où l’on dit ‘’plus jamais d’agression contre les femmes, il y a le mouvement #metoo, il y a des dénonciations, etc. Il y a une prise de conscience...et d’un autre côté, le système de justice qui lui donne une tape sur les doigts», juge-t-il. 

***Voyez la chronique intégrale de Martineau dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie