/news/politics

Québec prépare une campagne de vaccination contre la grippe sans précédent

Vincent Larin | Agence QMI

Même si la grippe saisonnière semble moins virulente qu’à l’habitude, Québec se prépare à une campagne de vaccination historique en faisant notamment appel pour la première fois aux pharmaciens.

• À lire aussi: Y aura-t-il assez de doses du vaccin contre la grippe ?

• À lire aussi: Difficile de se faire vacciner contre la grippe en Outaouais

Pas moins de deux millions de doses seront disponibles gratuitement cette année, une augmentation de 30% par rapport aux 1,6 million distribuées l’an dernier.

La santé publique espère ainsi vacciner 80 % des personnes considérées comme à risque. Il s’agit notamment de celles âgées de plus de 75 ans, celles qui présentent une maladie chronique et les femmes enceintes de deuxièmes et troisièmes cycles.

Les aidants naturels de ces mêmes groupes, celles vivant sous le même toit que des enfants âgés de moins de 6 mois (ces derniers ne pouvant être vaccinés) et les travailleurs de la santé pourront aussi obtenir gratuitement et en priorité le vaccin.

Pour la première fois, les pharmacies communautaires seront mises à profit, ce qui devrait permettre de rejoindre plus de personnes âgées et/ou présentant des maladies chroniques, des clientèles appelées à s’y rendre souvent.

Grâce au projet de loi 31 adopté en mars dernier, les pharmaciens peuvent maintenant donner eux-mêmes ce vaccin plutôt que de devoir faire appel à une infirmière.

À noter que les personnes de 60 à 74 ans ne font plus de la clientèle prioritaire, car elles ne sont pas considérées comme plus à risque d’être hospitalisées en raison de la grippe.

Compte tenu du contexte pandémique, Québec bannit les cliniques de vaccination «de masse» sans rendez-vous.

Toute cette mobilisation pourrait paraître excessive à la vue du nombre de cas d’influenza déclaré dans les pays de l’hémisphère sud, où les saisons sont inversées et donc où la période propice à la grippe saisonnière arrive plus tôt dans l’année.

D’ailleurs, les États-Unis dénombrent 18 fois moins de cas qu’à l’habitude.

Le ministère note que les mesures sanitaires en place pourraient expliquer cette baisse marquée, mais préfère ne pas courir de risque compte tenu du caractère aléatoire de ce virus.

Pas moins de 6200 personnes décèdent chaque année de complications associées à la grippe.