/news/coronavirus

Résultats positifs pour des anticorps de synthèse contre la COVID-19

Agence France-Presse

Le Journal de Québec

Deux sociétés américaines, Regeneron et Eli Lilly, ont publié mercredi des résultats différents et plus ou moins concluants sur leurs traitements contre la COVID-19 à base d'anticorps de synthèse, jugés prometteurs pour les patients au début de la maladie.

• À lire aussi: L'immunité «diminue assez rapidement», selon une étude

• À lire aussi: Les asymptomatiques perdent plus rapidement leurs anticorps

• À lire aussi: Un survivant de la COVID encourage les recherches

Regeneron a d'une part affirmé dans un communiqué de presse que des essais sur 524 patients avaient démontré que son cocktail d'anticorps dits monoclonaux, REGN-COV2, avait permis de réduire la charge virale des malades, et le besoin d'attention médicale ou d'hospitalisation, par rapport à des patients ayant reçu un placebo.

C'est ce traitement qu'a reçu le président américain Donald Trump début octobre.

Ces résultats, qui complètent des précédents sur 275 patients, n'ont pas encore été évalués indépendamment par une revue scientifique.

Le groupe Eli Lilly, qui avait publié auparavant par communiqués de presse des résultats intérimaires, a en revanche publié mercredi des résultats de l'essai de phase 2 de son propre traitement aux anticorps (LY-CoV555, aussi appelé bamlanivimab) dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

Les données de cet essai-là sont mitigées. Un seul dosage (2800 mg) a montré une efficacité modeste, chez des patients non hospitalisés ayant des symptômes légers à modérés.

Les deux sociétés sont soutenues par le gouvernement américain.

Regeneron a reçu plusieurs contrats, dont un à 450 millions de dollars, pour aider à fabriquer des doses à grande échelle aux États-Unis. Et le gouvernement a annoncé mercredi l'achat de 300 000 doses du traitement de Lilly, mais sous un autre dosage (700 mg), pour 375 millions de dollars, avec une option à 812,5 millions de dollars pour 650 000 doses supplémentaires.

Les deux ont déposé auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA) des demandes d'autorisation, les traitements n'étant aujourd'hui disponibles que dans le cadre d'essais cliniques ou d'autorisations au cas par cas, comme M. Trump en a bénéficié.