/news/law

Six ans pour avoir braqué un pistolet sur un proche des Hells Angels

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Photo d'archives

Un Montréalais qui a braqué un pistolet en direction d’un proche des Hells Angels a écopé de 6 ans d’incarcération, au terme duquel il risque bien de devoir surveiller ses arrières. 

« Je ne suis pas sûre de ce qu’il pourrait vous arriver [après la sortie de prison], j’imagine que [la victime] n’oubliera pas l’événement », a commenté la juge Hélène Morin avant de condamner Girard Anglade, ce mercredi au palais de justice de Montréal.

Anglade, 43 ans, avait commis son crime en janvier 2018, dans le quartier Saint-Léonard. Armé d’un pistolet muni d’un silencieux, il avait visé Jean-Guy Bourgoin, un ex-membre des Rockers, défunt club-école des Hells Angels. Sauf qu’il n’a pas pu tirer, puisque son arme s’est enrayée.

« La victime Bourgoin a riposté avec sa propre arme à feu, atteignant M. Anglade au bras gauche », peut-on lire dans le résumé des faits déposés à la cour.

Jean-Guy Bourgoin

Photo d'archives

Jean-Guy Bourgoin

À l’hôpital

Anglade a alors pris la fuite, pour se rendre à l’hôpital Pierre-Le gardeur à Terrebonne où il a été soigné pour sa blessure, ce qui a permis aux policiers de diriger leur enquête vers lui. Une perquisition a été menée à son domicile, et les limiers y ont retrouvé des munitions, ainsi qu’une veste pare-balle.

Les enquêteurs ont aussi pu retracer les faits et gestes d’Anglade, qui avait loué une voiture quelques jours avant le crime. Il s’agit du même véhicule capté par des caméras de surveillance non loin des lieux de la fusillade.

« L’expertise du véhicule relève plusieurs taches de sang, notamment sur le marchepied du côté passager, où l’accusé a pris place lors de sa fuite », indique le résumé des faits.

Collaboration nulle

Bourgoin a pour sa part été rencontré par les enquêteurs, mais il n’a pas collaboré, si bien que la Couronne n’a pas été en mesure de prouver une tentative de meurtre. Anglade a donc été accusé en lien avec l’arme à feu, dont de possession illégale du pistolet, d’y avoir mis un silencieux et de l’avoir braqué sur Bourgoin. Il a plaidé coupable ce mercredi, ainsi que de bris, puisqu’il lui était interdit de posséder une telle arme.

À la suite de longues négociations entre la poursuite et la défense, Anglade a finalement écopé de six ans d’incarcération, bien qu’en raison de la détention préventive, il lui reste 22 mois à purger.

Avant de renvoyer Anglade en détention, la juge a douté que ce dernier allait changer en prison, en raison de sa criminalité et de ses antécédents de violence.