/news/world

Attaque de Nice: l’assaillant est un migrant de 21 ans

Agence France-Presse

L'assaillant au couteau qui a tué jeudi trois personnes, dans la basilique Notre-Dame de Nice, est un Tunisien de 21 ans, arrivé en Europe par l'île italienne de Lampedusa fin septembre et en France début octobre, a-t-on appris de sources proches du dossier.

• À lire aussi: «Nous ne cèderons rien» sur les valeurs françaises, assure Macron

• À lire aussi: Trois morts dans une attaque au couteau à Nice

• À lire aussi: Justin Trudeau dénonce l'attaque au couteau à Nice

Des sources judiciaires, interrogées par l'AFP, ont fait valoir que l'identité de l'assaillant n'était pas formellement confirmée.

Cet homme, selon une source locale proche du dossier, se nomme Brahim Aouissaoui (bien Aouissaoui). Une information confirmée à l'AFP par une autre source proche du dossier.

Le jeune homme est arrivé en France fin septembre via Lampedusa (Italie), où il avait été mis en quarantaine par les autorités italiennes avant d'être visé par une obligation de quitter le territoire italien et laissé libre, a-t-on ajouté de source locale proche du dossier.

Il n'a pas fait de demande d'asile en France, a précisé cette source.

Selon une autre source proche du dossier, les enquêteurs ne disposeraient que d'un document de la Croix Rouge italienne correspondant à l'identité de Brahim Aouissaoui.

Trois personnes, un sacristain et, probablement deux paroissiennes, ont été tuées, dont au moins une égorgée dans une église du centre-ville de Nice, dans le sud-est de la France.

L'assaillant, blessé par balle lors de son interpellation, a répété à de nombreuses reprises les mots "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand, en arabe) alors qu'il était menotté et en train d'être soigné.

Le président Emmanuel Macron qui a dénoncé une "attaque terroriste islamiste", a annoncé un renforcement du plan de sécurité Vigipirate: le nombre de soldats patrouillant dans les rues passera de 3.000 à 5.000.

L'attentat de Nice s'est produit près de deux semaines après l'assassinat d'un professeur de collège en région parisienne, pris pour cible pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet, dans un cours sur la liberté d'expression.

Sa décapitation par un islamiste russe tchétchène de 18 ans avait choqué la France.