/regional/troisrivieres/mauricie

«Avancée majeure» pour un laboratoire dans la course au vaccin

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Un laboratoire de Trois-Rivières engagé dans la course au vaccin contre la COVID-19 connaît une «avancée majeure».

• À lire aussi: Un laboratoire trifluvien qui planche sur un vaccin serait espionné

• À lire aussi: Un traitement contre le virus développé à Trois-Rivières

Biotechnologies Ulysse est en mesure de lancer la phase deux de sa recherche, c'est-à-dire des tests qui seront conduits sur des souris-cobayes à compter du 9 novembre.

Si cette étape est concluante, la phase clinique sur des humains surviendra au début de 2021.

Le laboratoire devra toutefois au préalable obtenir les autorisations requises de Santé Canada et aussi du financement public.

L'approche de Biotechnologies Ulysse consiste à introduire des micro-organismes s'apparentant au virus et à provoquer une réaction immunitaire du corps humain.

«On prend un gène qui correspond à un virus. On doit ensuite l'intégrer à un micro-organisme vivant et faire en sorte que le sous-produit de ce gène-là s'en aille à la surface, attaché à une ancre autour de la bactérie ou de la levure. C'est très complexe et on a réussi», a expliqué jeudi Yves Hurtubise, directeur du laboratoire, en entrevue à la caméra de TVA Nouvelles.

Sans brûler les étapes, l'équipe de scientifiques commence déjà à envisager la phase éventuelle de la production du vaccin, qui serait administré sous forme de comprimé par voie orale et non pas par injection.

Le laboratoire s'apprête à déménager dans un bâtiment plus spacieux et serait en mesure très rapidement d'y installer des équipements de fabrication. L'avantage de pareil type de vaccin, explique-t-on, est qu'il n'a pas à être conservé dans une chaîne de froid jusqu'au destinataire. Il n'est pas nécessaire non plus d'organiser une campagne de vaccination massive.