/news/coronavirus

Le port du masque étendu aux enfants dès l'âge de 6 ans

Agence France-Presse

Face à une deuxième vague «brutale» et «soudaine» de la COVID-19, le premier ministre français Jean Castex s'est défendu jeudi à l'Assemblée de tout manque d'anticipation et a précisé les mesures de reconfinement.

• À lire aussi: La France se reconfine à partir de vendredi

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

Parmi celles-ci, figurent le port du masque étendu aux enfants du primaire dès l'âge de six ans et le télétravail «cinq jours sur cinq».

«Nous avions anticipé» la deuxième vague de l'épidémie, mais «aucun pays n'avait prévu qu'elle s'accélérerait de manière aussi soudaine et brutale», a insisté le chef du gouvernement, en ouverture du débat sur le reconfinement.

«Je n'ai cessé d'appeler à la vigilance», a-t-il insisté. «Certains qui nous disent aujourd'hui que nous aurions dû agir, et plus fort, ou que nous n'en faisions pas assez, prétendaient à l'époque que nous en faisions trop».

Concernant les mesures, «dès la rentrée de lundi, le protocole sanitaire sera adapté et renforcé pour assurer la protection de tous les enfants, les enseignants, les parents d'élèves, conformément à l'avis que nous a transmis (mercredi) le Haut Conseil de santé publique», a ajouté le chef du gouvernement.

Pour l'activité professionnelle, «le recours au télétravail doit être le plus massif possible», a aussi réclamé Jean Castex en précisant que «dans le secteur privé, toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées doivent l'être cinq jours sur cinq».

«Nous devons continuer à travailler autant que possible, bien entendu dans des conditions sanitaires protectrices et tout en stoppant la circulation virale», car «le chômage et la pauvreté peuvent aussi tuer», a-t-il poursuivi.

Les entreprises de l'événementiel et «les secteurs du cinéma et du spectacle vivant» seront fermés, a-t-il aussi indiqué.

Mais selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, les parcs et jardins publics, ainsi que les marchés, doivent rester ouverts.