/news/usaelection2020

Les jeunes Américains ont beaucoup de pouvoir

Élizabeth Ménard | Agence QMI

Pour la première fois, les jeunes Américains sont plus nombreux que les baby-boomers aux États-Unis, ce qui pourrait contribuer à la défaite de Donald Trump lors de l’élection présidentielle du 3 novembre.

• À lire aussi: Hillary Clinton est grande électrice à New York

• À lire aussi: Un ex-responsable du gouvernement révèle être l'auteur d'une tribune anti-Trump en 2018

• À lire aussi: Joe Biden a voté de façon anticipée dans le Delaware

Ne manquez pas notre émission spéciale sur la soirée électorale américaine mardi dès 18h30 à LCN et au TVANouvelles.ca 

Après des années à être le groupe démographique le plus puissant des États-Unis, les baby-boomers ont entamé leur déclin.

Depuis l'élection de 2016, 15 millions d’Américains ont atteint la majorité.

«Les jeunes n’ont jamais eu autant de poids que cette année», a dit la spécialiste de politique américaine Élisabeth Vallet, directrice de l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand.

«En fait, les milléniaux sont aujourd’hui l’équivalent des baby-boomers. Ils ont le même poids électoral. Puis la génération Z représente 10 % de l’électorat. Donc les jeunes, si on inclut les Z et les milléniaux représentent vraiment un énorme morceau», a-t-elle expliqué jeudi.

Changement de garde   

Les jeunes Américains, en particulier ceux de la génération Z, sont plus politisés et engagés que leurs prédécesseurs.

«L’immigration, les changements climatiques, l’avortement: toutes ces questions-là interpellent les jeunes. La conséquence, c’est qu’ils vont aller voter dans une proportion forte et ils votent pour M. Biden dans une très forte proportion», a analysé le président de la firme de sondage Léger, Jean-Marc Léger.

«Il y a un changement de l’électorat qu’on a vu depuis plusieurs années, notamment au Texas, a souligné l’analyste politique Bryan Breguet. Cet État qui avait l’habitude d’être un État très rouge, très républicain, maintenant est rendu ce qu’on appelle un de ces États mauves, entre les deux.»

L’auteur du blogue Too Close to Call va même jusqu’à dire qu’il ne serait pas surpris si ce bastion républicain passait aux mains des démocrates mardi prochain.

«Ces jeunes sont très motivés en raison de l’administration Trump. Ils veulent se débarrasser de ce gouvernement», a-t-il fait valoir.

À long terme, les républicains pourraient s’en mordre les doigts, selon lui.

«Si cette génération reste libérale pour les 40 prochaines années, à mon avis, les républicains vont peut-être avoir des difficultés à gagner des élections.»

Aller voter   

Encore faut-il que les jeunes exercent leur droit de vote. Lors de l’élection de 2016, seulement 46 % des 18 à 29 ans s’étaient présentés aux urnes.

Les données montrent toutefois qu’une proportion beaucoup plus grande a l’intention de voter cette année.

Selon le Harvard Youth Poll, 63 % d’entre eux affirment qu’ils vont «définitivement» voter, un taux qui n’a pas été vu depuis l’élection de Barack Obama en 2008.

«La génération TikTok a été complètement négligée alors est-ce que c’est elle qui va faire la surprise?» a demandé Élisabeth Vallet.