/sports/homepage

La LHJMQ toujours sur pause en zones rouge

Roby St-Gelais | Le Journal de Québec

Photo d'archives, DIDIER DEBUSSCHÈRE

Les équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) situées dans les régions en alerte maximale (rouge) devront continuer à s’armer de patience. La Direction de la santé publique a refusé d’accorder une autorisation spéciale au circuit Courteau malgré une révision de son protocole sanitaire.

• À lire aussi: Un cas de COVID-19 chez les Voltigeurs

• À lire aussi: La LHJMQ suspend sa saison au Québec

La LHJMQ avait annoncé mardi soir que ses activités en zones jaune et orange allaient reprendre à compter de vendredi soir après une pause de deux semaines. Il restait à éclaircir la situation des clubs en zone rouge lors d’une réunion avec les autorités de santé publique tenue jeudi après-midi.

Le commissaire Gilles Courteau et son adjoint Martin Lavallée n’ont pas réussi à convaincre les responsables de la Santé publique que les ajustements à leur protocole sanitaire étaient suffisants pour protéger les joueurs et la population. Ceux-ci ont été invités à retourner à la table à dessin.

«Cependant, les officiers de la Santé publique ont démontré de l'ouverture quant à un potentiel projet de bulle pour les équipes situées en zone rouge. Le circuit va explorer différents scénarios avec l'organisme étatique au cours des prochains jours et va travailler à trouver des solutions afin que ces équipes puissent revenir au jeu le plus rapidement possible», a déclaré la LHJMQ par voie de communiqué, jeudi soir.

Ce refus touche six équipes (Québec, Gatineau, Shawinigan, Victoriaville, Boisbriand et Drummondville), en plus de celles qui devaient les affronter au calendrier. Dans le cas des Voltigeurs, ils sont toujours en isolement à la suite d’une éclosion de neuf cas dans les derniers jours. La situation du calendrier régulier sera réévaluée la semaine prochaine.

Tests chaque semaine

Le protocole sanitaire révisé prévoyait notamment que les joueurs et les membres du personnel des organisations en zone rouge subissent un test de dépistage à la COVID-19 sur une base hebdomadaire.

La LHJMQ avait d’ailleurs invité les équipes concernées à se faire tester dans les derniers jours, selon nos informations. Les membres des Tigres de Victoriaville ont tous reçu un résultat négatif après avoir été testés mardi.

En visioconférence mercredi, l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, Patrick Roy, avait évoqué les coûts exorbitants en clinique privée pour une telle opération, lesquels se chiffreraient à environ 6000 $ par semaine pour 30 personnes - 22 joueurs et huit membres du personnel.

Les Remparts avaient déjà évoqué l’idée d’héberger leurs joueurs et leurs entraîneurs à l’hôtel afin de reprendre l’action sans contraintes. À l’exception des Cataractes de Shawinigan, qui ont regroupé leurs joueurs dans le même immeuble en début de campagne, les étudiants-athlètes des équipes sont logés en familles de pension comme c’est le cas depuis des lustres.

La saison régulière de la LHJMQ s’est amorcée le 2 octobre dernier.