/news/currentevents

La police de Longueuil s’oppose à la fusion avec le SPVM

Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

En réponse à la recommandation du SPVM préconisant une fusion des services de police de Montréal, de Longueuil et de Laval, la Ville de Longueuil a fait savoir son opposition au projet, vendredi, déclarant au passage qu’elle n’avait pas été consultée.

• À lire aussi: Le SPVM suggère avec fusion avec les polices de Laval et Longueuil

• À lire aussi: Laval veut conserver son service de police

L'administration de la mairesse Sylvie Parent a souligné qu’un tel projet de fusion entre les trois corps policiers majeurs de la grande région de Montréal irait à l’encontre avec l’approche de «Police de concertation» mise de l’avant par le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

Cette approche suggère, entre autres choses, que les résidents d’un territoire sont mieux servis par un corps policier qui est adapté aux réalités sociales et à proximité du territoire en question.

«La proximité actuelle de notre service de police avec la population a permis de développer une expertise du territoire, tout en adaptant les services aux citoyens en fonction de leurs besoins spécifiques. Une fusion des services de police engendrerait la perte de cette expertise, en plus d’empiéter sur les responsabilités des municipalités, ce qui n’est donc pas souhaitable», a déclaré la mairesse Sylvie Parent.

Dans un communiqué diffusé vendredi après-midi, la Ville de Longueuil rappelle que le SPAL collabore déjà avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et avec la Sûreté du Québec lorsque cela est nécessaire.

Mercredi dernier, le SPVM a demandé une étude de faisabilité sur la fusion des trois corps de police. Cette recommandation était incluse dans un document d’une cinquantaine de pages intitulé «Réflexions sur la réalité policière au Québec». Il a été remis à la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Dans la même catégorie