/news/culture

Le cadeau d’Halloween du festival SPASM

Léa Papineau Robichaud | Agence QMI

C’est dans le confort de chez vous que vous pourrez frissonner de peur, cette année, lors du marathon d’horreur du festival SPASM le 31 octobre.

«On est associé à l’Halloween depuis 2002. Habituellement, on a un party d’Halloween qui conclut le festival. Alors cette année on s’est dit que la chose la plus près qu’on pouvait faire c’est d’inviter les gens à faire une soirée SPASM chez eux», a expliqué le président directeur général de l’événement, Jarrett Mann.

Cinq heures d’horreur

Un total de cinq heures de courts métrages d’horreur d’ici et d’ailleurs attend le public. Le tout sera diffusé en direct sur Facebook dès 20 h samedi.

«C’est une sélection principalement des cinq dernières années du festival SPASM, mais il en a aussi des toutes premières éditions. On a pigé dans les vieux classiques comme «Bagman» de RKSS», a souligné le cofondateur du festival.

«On a choisi des films pour que les gens aient du plaisir, a-t-il ajouté. C’est de l’horreur, mais rien de trop intense. C’est de l’humour et du gore. On veut avoir du fun!»

Il a assuré que la première heure du marathon est moins intense et peut très bien convenir à des pré-adolescents.

Pour vivre la meilleure des soirées d’Halloween en mode confinement, les consignes sont simples:

« 1 - Mettre la bière au frigo ; 2- Préparer du pop-corn ; 3- Fermer les lumières ; 4- Idéalement, se déguiser», a énuméré Jarrett Mann qui invite également le public à envoyer des photos de comment ils sont installés à la maison et à utiliser les «boutons de réactions» sur Facebook tout au long de la diffusion.

Pandémie et décisions

Comme plusieurs événements automnaux, le festival SPASM a eu espoir de pouvoir faire des diffusions de courts métrages en salle avant de décider de se tourner vers le virtuel.

«Il y avait tellement d’incertitudes qu’on a décidé de faire la formule la plus simple pour nous, mais aussi pour le public. On a rendu ça gratuit. Les gens peuvent faire un don s’ils le souhaitent. C’est sur Facebook, alors le public n’a pas à se familiariser avec une nouvelle plateforme», a ajouté M. Mann.

«La plus grosse décision, ça a été de faire un best-of des années passées et non une nouvelle programmation, a-t-il précisé. L’âme du festival SPASM, c’est d’attirer des gens, d’avoir des belles foules, beaucoup d’ambiance, ça crie dans la salle et c’est très festif. Alors à l’idée de «brûler» des nouveaux films avec des projections en ligne, le cœur n’y était pas», a-t-il confessé.

Vendredi soir, le festival qui met de l’avant les courts métrages de genre présentera à 19 h «Les inclassables», une sélection d’œuvres les plus bizarres et indescriptibles. Suivra ensuite la soirée Total Crap 12 dès 21 h. Simon Lacroix et Pascal Pilote, de grands amateurs du festival SPASM, animeront cette soirée des plus déjantées qui présentera le pire de la télé et du cinéma.