/finance/homepage

Le PIB réel du Canada progresse de 1,2 % en août

Agence QMI

Canadian currency notes with perse Saving Concept

stockyme - stock.adobe.com

Le produit intérieur brut (PIB) réel a continué sa progression pour un quatrième mois consécutif, en août, avec une hausse de 1,2 % qui a contribué à effacer le recul historique encaissé pendant la première vague de la pandémie.

Selon Statistique Canada, l’économie globale du pays demeure inférieure d’environ 5 % à son niveau de février, avant l’arrivée du virus.

Rappelons que le PIB réel canadien avait crû de 4,8 % en mai, de 6,5 % en juin et de 3,0 % en juillet, après des reculs historiques en mars (-7,5 %) et en avril (-11,6 %), au plus fort de la crise sanitaire.

En août, des hausses du PIB réel ont été mesurées dans 15 des 20 secteurs d’activité, dont le secteur des industries productrices de biens (+0,5 %) et dans les industries productrices de services (+1,5 %), a indiqué l’agence fédérale vendredi.

En septembre, Statistique Canada s’attend à une augmentation de 0,7 % du PIB réel «en raison des hausses enregistrées dans la fabrication, dans le secteur public et dans l'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz», a-t-on souligné dans une note.

Ainsi, le PIB réel pourrait progresser d’environ 10 % pendant le troisième trimestre.

Au deuxième trimestre, alors que le pays s’est confiné et que les provinces ont mis leur économie sur pause, le PIB réel avait reculé de 11,1 %, après avoir augmenté de 1,9 % au premier trimestre.

À un rythme trimestriel annualisé, la progression du PIB réel pourrait être de 46,4 %, ce qui correspond aux prévisions de Desjardins (+45,0 %) et de la Banque du Canada (+47,5 %).

«Malgré ce gain trimestriel historique découlant de la réouverture de l’économie canadienne à la suite du confinement printanier, force est de constater qu’il y a encore du chemin à parcourir avant de revenir au niveau d’avant la pandémie, a dit l’économiste principal de Desjardins, Benoit Pé Durocher, dans une note.

«La suite des choses s’annonce toutefois beaucoup plus difficile, a-t-il poursuivi. D’une part, l’économie canadienne est récemment passée de la phase de réouverture à la phase de récupération. Cette dernière sera caractérisée par une progression de la production beaucoup plus modeste que lors de la phase précédente en raison des nombreux déséquilibres qui subsistent.»

M. Durocher croit de plus que l’évolution de l’économie canadienne va demeurer «grandement tributaire de l’évolution de la pandémie. Cela sera particulièrement le cas en octobre et dans l’ensemble du quatrième trimestre de 2020 alors qu’une seconde vague de COVID-19 a notamment forcé le Québec et l’Ontario à remettre de l’avant certaines mesures sanitaires. Contrairement à la situation du printemps dernier, les répercussions négatives de ces nouvelles mesures sur l’économie seront toutefois moins généralisées».