/regional/troisrivieres/mauricie

Nouvelle éclosion dans une école secondaire de la Mauricie

Amélie St-Yves | TVA Nouvelles

Le plus récent bilan de l'École secondaire Paul-Le Jeune à Saint-Tite, en Mauricie, était de 24 cas vendredi après-midi. Dix-sept étudiants et sept membres du personnel ont été infectés, alors que les adolescents admettent continuer de se rassembler en dehors des murs de l'école.

À regarder certains adolescents de l'École secondaire Paul-Le Jeune pendant leur pause du midi, on en oublie presque la pandémie.

Les deux mètres de distanciation physique sont mis de côté. On se partage la vapoteuse et la poutine, même si une éclosion à l'école a envoyé la centaine d'adolescents de secondaire 5 en isolement à la maison.

«On se rassemble pas mal. Ce n'est pas étonnant que ça arrive», a indiqué une élève à TVA Nouvelles, vendredi.

Il y a quand même des limites à ce que la commission scolaire peut faire, quand on est à l'extérieur des murs de l'école.

«On a envoyé des communications aux parents pour faire de la sensibilisation, à deux reprises depuis la rentrée scolaire», a souligné la coordonnatrice aux communications du Centre de services scolaire de l'Énergie, Amélie Germain-Bergeron.

Elle ajoute que la Sûreté du Québec assure aussi une certaine présence sur le terrain pour faire de la sensibilisation, comme dans les autres écoles.

Aucune date n'est encore fixée pour un retour en classe des élèves de secondaires 5, car des cas positifs s'ajoutent toujours à la liste.

Les adolescents ne s'inquiètent pas trop de l'éclosion dans leur école, mais disent comprendre que la situation est sérieuse.

«Ce qui m'inquiète le plus, c'est que l'école ferme. Je n'ai vraiment pas envie que l'école ferme et de retourner en confinement», a souligné Cassandra Daigle, une étudiante.