/news/currentevents

Chicoutimi: arrêté avec de la poudre blanche sur la console de l’auto

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Photo d'archives, Agence QMI

Intercepté par un policier pour un banal stop brûlé, un homme trentenaire a vite regretté cet écart, vendredi soir, à Chicoutimi, lui qui était saoul et qui avait en sa possession une poudre blanche (très) mal dissimulée.

Le contrevenant a été pris en défaut par un patrouilleur qui était affecté à une opération de surveillance près d’un arrêt obligatoire à l’intersection des rues Murdock et Chabanel, vers 23 h 30.

Lors de cette interception de routine, le policier a constaté que «la personne semblait nerveuse» et il a rapidement compris pourquoi.

L’agent a d’abord perçu qu’il y avait une odeur d’alcool. D’ailleurs, le conducteur avait avec des symptômes de conduite avec les capacités affaiblies. Il soufflera plus tard une fois et demie la limite permise.

Or, son dossier s’est alourdi encore quand l’agent de la paix a aperçu ce qui semblait être des stupéfiants sur la console du véhicule, «une poudre blanche qui pourrait s’apparenter à de la cocaïne», selon le récit du sergent Stéphane Pellerin.

«On parle d’une once, donc à peu près 30 grammes de poudre blanche, soit une valeur considérable d’au minimum 3000$ sur le marché», mentionne M. Pellerin.

L’automobiliste, qui est «bien connu» de la police municipale, a donc été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies, en plus de recevoir une amende pour l’arrêt obligatoire qu’il a omis de faire.

Le SPS a par ailleurs soumis un dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui pourrait déboucher sur une accusation de possession d’une substance interdite en vue d’en faire le trafic.