/news/culture

Le légendaire acteur écossais Sean Connery est mort

Agence France-Presse

L'acteur écossais Sean Connery, premier et inoubliable interprète de l'agent 007 dans la saga des films James Bond, est décédé à l'âge de 90 ans, a annoncé samedi la BBC, citant sa famille.

• À lire aussi: Sean Connery en quelques films

L'acteur a connu une longue carrière couronnée de nombreux prix dont un Oscar, deux Bafta et trois Golden Globes.

«Comme c'est infiniment triste d'apprendre la nouvelle du décès de Sir Sean Connery. Lui et Roger étaient amis pendant de nombreuses décennies et Roger a toujours soutenu que Sean était le meilleur James Bond de tous les temps», a tweeté le compte de l'acteur Roger Moore, qui s'était aussi glissé dans la peau du célèbre agent secret.

Sean Connery est né le 25 août 1930 dans la pauvreté en banlieue d'Edimbourg en Ecosse. Il avait quitté l'école tôt et s'était engagé à 16 ans dans la Marine.

C'est de cette époque que datent ses deux tatouages - «Mum and dad» et «Scotland forever» - sur l'avant-bras droit.

Rendu à la vie civile au bout de trois ans après un ulcère, il avait enchaîné les petits boulots : maître-nageur, maçon, routier mais aussi livreur de charbon, garde du corps et polisseur de cercueil.

Il s'était aussi lancé dans le culturisme, terminant troisième au concours de Mister Univers 1950, avant d'embrasser la carrière d'acteur.

Endossant pour la première fois le rôle de 007 dans «Dr No» en 1962, il a incarné à six reprises (sans compter le non-officiel «Jamais plus jamais») l'agent secret.

Il a gagné un Oscar avec «Les Incorruptibles» et interprété de plus en plus des rôles de père spirituel, dans «Highlander», «Le nom de la rose» ou «Indiana Jones et la dernière croisade».

En 1989, le magazine People le consacré «homme vivant le plus sexy», alors qu'il va allègrement sur ses 60 ans.

Sean Connery avait pris sa retraite en 2003, restant immensément populaire. En 2013, il avait été élu acteur britannique préféré des Américains.

Seul son combat pour l'autonomie de son Ecosse natale fait lever quelques sourcils. Il aurait aussi retardé jusqu'en juillet 2000 son anoblissement par la reine Elizabeth II.

«J'ai grandi en idolâtrant #SeanConnery», a écrit l'acteur Hugh Jackman. sur Twitter le qualifiant de «légende à l'écran et en dehors».

Polisseur de cercueils  

Rendu à la vie civile au bout de trois ans après un ulcère, il enchaîne les petits boulots : maître-nageur, maçon, routier mais aussi livreur de charbon, garde du corps et polisseur de cercueil.

«Pour plaire aux filles», il se lance dans le culturisme et termine troisième au concours de Mister Univers 1950.

Son 1m88 et son charme vont devenir son passeport pour la gloire. Il a 27 ans quand, repéré dans un téléfilm pour la BBC, il signe avec la 20th Century Fox.

Invité à passer un essai pour l'adaptation d'un roman d'espionnage, il refuse net. «Vous me prenez comme je suis ou vous ne me prenez pas». Le bluff paye, et le rôle de 007 dans «Dr No» en 1962 lui revient pour 16 000 dollars.

Succès immédiat, il va incarner à six reprises (sans compter le non-officiel «Jamais plus jamais») l'agent secret qui fera fantasmer des hordes de jeunes filles et rêver les garçons.

«Il est impossible d'être un enfant des sixties sans avoir regretté à un moment ou un autre de ne pas être Sean Connery», écrit Christopher Bray dans «Sean Connery: A Biography».

Propulsé vedette internationale, Sean Connery tourne dès lors avec les plus grands, en conservant en toute circonstance son accent écossais. Il gagne un Oscar avec «Les Incorruptibles» et interprète de plus en plus des rôles de père spirituel, dans «Highlander», «Le nom de la rose» ou «Indiana Jones et la dernière croisade».

Le tout en devenant au fil des années «plus séduisant que jamais», comme le souligne le spécialiste du cinéma Christian Dureau. En 1989, le magazine People le consacré «homme vivant le plus sexy», alors qu'il va allègrement sur ses 60 ans.

Sa popularité ne sera jamais démentie : en 2013, il est élu acteur britannique préféré des Américains, dix ans après sa «retraite» au bout de 64 films.

Seul son combat pour l'autonomie de son Écosse natale fait lever quelques sourcils. Il aurait aussi retardé jusqu'en juillet 2000 son anoblissement par la reine Elizabeth II.

«En exil» en Espagne ou aux Bahamas (pour des raisons fiscales), il a vécu ces dernières années à New York avec sa deuxième femme, la portraitiste française Micheline Roquebrune, rencontrée sur les verts de golf et aussitôt épousée, en 1975.

«Comme elle ne parlait pas anglais et que je ne parlais pas français, il y avait peu de chances qu'on sombre dans des discussions ennuyeuses. C'est pourquoi on a convolé si rapidement», plaisantait Sean Connery, marié une première fois à une actrice australienne, Diane Cilento, avec laquelle il a eu un fils, Jason, né en 1963.

Annoncé comme mort dès 1993 par des agences de presses australiennes et japonaises, il a fini par rendre les armes samedi à 90 ans. Car il est vrai: «On ne vit que deux fois».

 

La filmographie de Sean Connery  

- 1956: «Les criminels de Londres» de Montgomery Tully.

- 1957: «Au bord du volcan», de Terence Young avec Martine Carol.

- 1957: «Train d'enfer», de Cy Enfield.

- 1957: «Je pleure mon amour» de Lewis Allen avec Lana Turner.

- 1959: «Darby O'Gill et les farfadets» de Robert Stevenson.

- 1959: «La plus grande aventure de Tarzan» de John Guillermin.

- 1961: «L'enquête mystérieuse» de John Lemont.

- 1961: «Deux des commandos» de Cyril Frankel.

- 1962: «James Bond contre docteur No» de Terence young avec ursula Andress.

- 1962: «Le jour le plus long» de Ken Annakin, Andrew Morton et Bernhard Wicky avec John Wayne, Robert Mitchum, Henry Fonda.

- 1963: «Bons baisers de Russie» de Terence Young.

- 1964: «La femme de paille» de Basil Dearden avec Gina Lollobrigida.

- 1964: «Pas de printemps pour Marnie» d'Alfred Hitchcock avec Tippi Hedren.

- 1964: «Goldfinger» de Guy Hamilton avec Honor Blackman.

- 1965: «La colline des hommes perdus» de Sidney Lumet.

- 1965: «Opération tonnerre» de Terence Young avec Claudine Auger.

- 1966: «L'homme à la tête félée», d'Irvin Kershner avec Joanne Woodward et Jean Seberg.

- 1967: «On ne vit que deux fois» de Lewis Gilbert avec Donald Pleasence.

- 1968: «Shalako» d'Edward Dmytryk avec Brigitte Bardot.

- 1969: «Traître sur commande» de Martin Ritt.

- 1969: «La tente rouge» de Mikhail Kalatosov avec Peter Finch et Claudia Cardinale.

- 1971: «Les diamants sont éternels» de Guy Hamilton avec Jill St John.

- 1971: «Le gang Anderson» de Sidney Lumet.

- 1972: «The Offence» de Sidney Lumet.

- 1973: «Zardoz» de John Boorman avec Charlotte Rampling.

- 1974: «Un homme voit rouge» de Casper Wrede.

- 1974: «Le crime de l'Orient Express» de Sidney Lumet avec Albert Finney, Ingrid Bergman, Lauren Bacall.

- 1975: «L'Homme qui voulut être roi» de John Huston avec Michael Caine.

- 1975: «Le lion et le vent» de John Milius avec Candice Bergen.

- 1976: «La rose et la flèche» de Richard Lester avec Audrey Hepburn et Robert Shaw.

- 1977: «Un pont trop loin» de Richard Attenborough avec Dirk Bogarde, Michael Caine et Robert Redford.

- 1978: «La grande attaque du train d'or» de Michael Crichton avec Donald Sutherland et Lesley Anne Down.

- 1979: «Météor» de Ronald Neame avec Natalie Wood et Karl Malden.

- 1981: «Bandits...bandits!» de Terry Gilliam avec John Cleese.

- 1982: «Meurtres en direct» de Richard Brooks avec Robert Conrad.

- 1982: «Cinq jours ce printemps-là» de Fred Zinneman avec Lambert Wilson.

- 1983: «Jamais plus jamais» d'Irvin Kershner avec Kim Basinger et Barbara Carrera.

- 1984: «Sword of the valiant» de Stephen Weeks.

- 1985: «Highlander» de Russell Mulcahy avec Christophe Lambert.

- 1986: «Le nom de la rose» de Jean-Jacques Annaud avec Christian Slater et Michael Lonsdale.

- 1987: «Les Incorruptibles» de Brian de Palma avec Kevin Costner et Robert de Niro.

- 1988: «Presidio» de Peter Hyams avec Meg Ryan et Mark Harmon.

- 1989: «Indiana Jones et la dernière croisade» de Steven Spielberg avec Harrison Ford.

- 1989: «Family business» de Sidney Lumet avec Dustin Hoffman et Matthew Broderick.

- 1990: «À la poursuite d'Octobre rouge» de John McTiernan avec Alec Baldwin et Scott Glenn.

- 1990: «La maison Russie» de Fred Schepisi avec Michelle Pfeiffer et Roy Scheider.

- 1991: «Highlander, le retour» de Russell Mulcahy avec Christophe Lambert.

- 1991: «Robin des bois, prince des voleurs» de Kevin Reynolds avec Kevin Costner et Morgan Freeman.

- 1992: «Medecine man» de John McTiernan.

- 1993: «Soleil levant» de Philip Kaufman avec Hervey Keitel et Wesley Snipes.

- 1994: «Un anglais sous les tropiques» de Bruce Beresford.

- 1994: «Lancelot» de Jerry Zucker avec Richard Gere et Julia Ormond.

- 1995: «Le Rocher» de Michael Bay avec Nicholas Cage et Ed Harris.

- 1998: «Chapeau melon et bottes de cuir» de Jeremiah Chechik avec Ralph Fiennes et Uma Thurman.

- 1999: «Haute voltige» de Jon Amiel avec Catehrine Zeta-Jones.

- 1999: «La carte du cœur» de Willard Carroll avec Gena Rowlands et Dennis Quaid.

- 2000: «À la rencontre de Forrester» de Gus van Sant.

- 2003: «La ligue des gentlemen extraordinaires» de Stephen Norrington.