/news/currentevents

Meurtres à l’Halloween dans le Vieux-Québec: deux morts, cinq blessés et un suspect arrêté

Les autorités ont arrêté un suspect dans l’affaire du meurtrier déguisé à l’épée qui a enlevé la vie à deux personnes et qui en a blessé cinq autres dans le Vieux-Québec, près du Château Frontenac, dans la nuit de samedi à dimanche.

Vers 22h30, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a reçu un appel concernant de multiples agressions armées dans le Vieux-Québec.   

«Ça s’est passé dans le secteur du Château Frontenac et de la porte Saint-Jean», affirme le porte-parole du SPVQ, Étienne Doyon.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Par ailleurs, rien n’indique qu’il avait choisi ses victimes, elles se seraient visiblement trouvées au mauvais endroit au mauvais moment.

Chasse à l’homme   

C’en est alors suivi une vaste chasse à l’homme à l’est de l’avenue Honoré-Mercier pour retrouver un homme déguisé avec un habit médiéval qui serait à l’origine du massacre. 

Le secteur ayant été fermé hermétiquement, tout civil qui n’avait pas le droit de s’y trouver devait s’identifier et quitter les lieux immédiatement. Le SPVQ avait demandé aux résidents du secteur de rester à l’intérieur et de verrouiller leurs portes.

Le suspect semble d’ailleurs avoir parcouru un bon bout de chemin, alors que plusieurs dizaines de policiers, des unités canines et le Groupe d’intervention tactique (GTI) étaient à ses trousses.

Taches de sang   

Tard en soirée, les agents de la paix tentaient de suivre le trajet emprunté par le meurtrier en suivant notamment des taches de sang qu’il a laissé derrière lui.

Il aurait, entre autres, emprunté la rue Saint-Louis, la rue de Buade et la rue Saint-Jean/Côte de la Fabrique avant d’être appréhendé, vers 1h, près de l’Espace 400e, en basse ville de Québec.

Le suspect, âgé de la mi-vingtaine, souffrait d’hypothermie et a été conduit au centre hospitalier.  

«Il y a toujours une enquête policière qui est en cours. On a un suspect d’arrêté, mais on demande quand même aux gens de rester à l’intérieur», a indiqué M. Doyon, mentionnant la possibilité que le tueur ait un complice. 

– Avec la collaboration de Dominique Lelièvre et Nicolas Saillant

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.