/news/society

80% des femmes itinérantes souffrent de problèmes de santé mentale

Alors qu’il est beaucoup question cette semaine de tenir un débat de société sur la santé mentale, on apprend aujourd’hui une donnée alarmante concernant les femmes qui se trouvent en situation d’itinérance à Montréal.

• À lire aussi: Santé mentale : Québec investit 100 M$ pour répondre aux urgences

• À lire aussi: Santé mentale: levée de boucliers de parents

Dans le cadre de la visite de l’hôtel Dupuis au centre-ville, qui se transformera graduellement à compter de ce soir en grand refuge pour l’hiver, le président-directeur-général de la Mission Bon Accueil, Samuel Watts, a révélé à la mairesse Valérie Plante ainsi qu’au ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui l’accompagnait, que ce sont 8 femmes sur 10 itinérantes qui ont des problèmes de santé mentale.

«On gère en ce moment beaucoup de cas complexes de santé mentale. Je dirais que c’est autour de 80% des femmes en situation d’itinérance qui ont des enjeux de santé mentale et ce chiffre tourne autour de 48% chez les hommes», a expliqué M. Watts. Des ressources seront d’ailleurs mises à la disposition de la clientèle hébergée.

Des intervenants seront disponibles pour tenir des rencontres visant à les aider à se trouver un logement permanent.

Puisqu’on est en période de pandémie, des équipes de prévention des infections seront aussi disponibles pour venir évaluer s’il y a des situations particulières, on parle ici d’équipe d’infirmières et de médecins. 

À l’hôtel Dupuis de la rue Saint-Hubert, en face de la place Émilie-Gamelin, ce sont 380 chambres qui seront offertes aux itinérants mais c’est un total de 1650 places sur l’ensemble du territoire. Les animaux seront admis à l’hôtel. S’il y a débordement, on va se servir de grandes pièces à l’intérieur comme dortoir.

Le plan hivernal s’étalera jusqu’au 31 mars 2021. Le Grand Quai du Port de Montréal servira aussi de centre de jour avec un service d’aide alimentaire où 300 personnes pourront aller se réfugier. Neuf haltes-chaleur seront disponibles dans différents secteurs de l’île. Des autobus de la Société de transport de Montréal (STM) seront aussi mis à contribution pour déplacer des personnes vers les différents services offerts.