/regional/montreal/montreal

Des téléconsultations qui font toute la différence

TVA Nouvelles

Les consultations en télémédecine ont pris de l’ampleur dans la province avec la pandémie de COVID-19.

En plus des médecins, de nombreux psychiatres et psychologues offrent ce service à leurs patients.

Kathleen Hayes est une de ses patientes. Depuis le printemps, elle consulte une psychologue de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal de cette façon.

«J'ai une petite fille autiste, donc j'avais un besoin de soutien, une forme d'épuisement parental, puis d'atteinte de mes limites dans ma capacité d'aider mon enfant, qui a amené du stress, de l'anxiété, du découragement», confie-t-elle.

Elle dit avoir hésité avant de consulter. C'est la psychoéducatrice de sa fille qui a perçu sa détresse et lui a suggéré de le faire.

Mme Hayes voit un avantage à rencontrer sa thérapeute de cette façon au lieu de se déplacer à chaque fois.

«Ça m'a vraiment aidée à briser mon isolement et à sentir, même au moment où je n’étais pas en contact avec la thérapeute, que ce service-là est là.»

La psychologue Andrea Velez dit faire jusqu'à une vingtaine de téléconsultations.

Des séances où elle traite de plus en plus d'adolescents et de jeunes adultes.

«Des adolescentes, dans la vingtaine, qui ont vécu très, très difficilement le confinement et la pandémie», précise-t-elle.

Si les consultations psychologiques et psychiatriques à distance n'ont cessé d'augmenter depuis le début de la pandémie, ce sont toutes les spécialités médicales au CIUSSS de l'Est-de-l'Ile-de-Montréal.

«Au départ, nous avions une dizaine de services de télésanté qui étaient déployés dans l'ensemble du CIUSSS et, progressivement, au terme de la première vague, on était à plus de 100», fait savoir la coordonnatrice en télésanté, Maude Beaupré.