/news/coronavirus

COVID-19: QS propose un plan de 86 M$ pour mieux aérer les classes

Vincent Larin | Agence QMI

Periode des questions

Photo d'archives

Québec solidaire propose au gouvernement d’allonger 86 millions $ pour doter toutes les classes de détecteurs de Co2 et de purificateurs d’air au besoin afin de limiter la propagation de la COVID-19.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«Notre plan n'est pas parfait, il ne répondra pas à tous les problèmes, mais il va permettre d'améliorer rapidement, dès les prochaines semaines, la qualité de l'air dans les écoles du Québec. L'objectif, c'est quoi? L'objectif, c'est de rendre nos écoles plus sécuritaires pendant l'hiver pour nos enfants», a martelé le co-porte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois, mercredi.

Le nombre de cas de COVID-19 dans les écoles a considérablement augmenté ces dernières semaines, malgré les mesures sanitaires imposées dans les zones rouges, et aucun assouplissement n’est envisagé par le gouvernement.

La contamination par l’air, qu'on appelle aussi la «contagion par aérosols», est reconnue depuis l’été dernier, a indiqué la porte-parole de Québec solidaire en matière d’éducation, Christine Labrie, ce qui aurait laissé le temps au gouvernement de se préparer à la rentrée.

«Mais il ne l'a pas fait, et là on est rendus au mois de novembre, et, à ce jour, son plan, c'est encore d'ouvrir les fenêtres, alors qu'il y a une multitude de classes dans nos écoles, dans lesquelles, d'abord, il n'y a même pas de fenêtre ou dans lesquelles les fenêtres ne s'ouvrent pas», a déploré Christine Labrie.

Le Parti québécois juge également que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a pris conscience du problème de la ventilation trop tard. Ce dernier a déclaré au Salon bleu mardi seulement qu’il était à mettre sur pied un comité pour lui faire des recommandations en la matière, a soupiré la porte-parole péquiste en matière d’éducation, Véronique Hivon.

«Comme si on ne savait pas depuis des mois que c'était un problème au Québec, comme si on ne savait pas depuis des mois que l'hiver allait arriver au Québec et que la solution d'ouvrir les fenêtres n'allait pas tenir la route», a-t-elle dénoncé.

En fin de journée, la Coalition avenir Québec a finalement refusé d’appuyer une motion présentée par Gabriel Nadeau-Dubois demandant au gouvernement de déployer un plan d’urgence pour améliorer la ventilation dans les classes.