/finance/consumer

Il faut bien évaluer les risques lorsqu’on se lance en affaires

Emmanuelle Gril | Journal de Montréal

Human Hands Clipboard Checklist Planning Concept

Illustration Adobe Stock

Ébéniste salarié chez un fabricant de meubles depuis de nombreuses années, Sylvain a décidé de partir à son compte. Sans expérience en tant qu’entrepreneur, il commet quelques erreurs qui vont le mettre dans une position précaire. 

La qualité des meubles produits par l’ébéniste et leur prix relativement bas lui ont amené un grand nombre de commandes. Ce qui pourrait sembler être une bonne nouvelle de prime abord va pourtant générer des difficultés. En effet, Sylvain avait déjà contracté un prêt de 30 000$ pour acheter son équipement. Avec l’afflux de demandes, il a obtenu une marge de crédit supplémentaire pour acquérir des outils et du matériel. Sans même qu’il s’en rende compte, cette marge lui a permis d’absorber chaque mois les pertes encourues par l’entreprise. Avant la fin de sa première année d’existence, son fonds de roulement était à sec et sa marge de crédit de 35 000$ entièrement utilisée. Il avait même mis ses cartes de crédit personnelles à contribution pour un montant de 15 000$. La cerise sur le gâteau : il n’a pu effectuer la remise des taxes de vente de 20 000$, faute de liquidités. 

Un bilan déficitaire 

Sylvain a donc tenté de trouver une solution. Propriétaire de la résidence familiale avec sa conjointe Diane, il a eu l’idée d’utiliser une partie de l’équité de la propriété pour renflouer son entreprise. Doutant de l’efficacité de cette stratégie et inquiète de perdre sa maison, son épouse lui a plutôt recommandé de rencontrer un spécialiste en redressement d’entreprise pour faire le point. Les conseillers en insolvabilité commerciale de Jean Fortin et Associés ont rapidement constaté que le problème venait du fait que Sylvain ne maîtrisait pas son prix de revient. Ses affaires sont constamment déficitaires parce qu’il ne vend pas ses meubles à un prix permettant de payer ses coûts et de faire un bénéfice. Sur chaque soumission, il doit même essuyer une perte de 15% en moyenne. Investir davantage dans de la machinerie pour être plus efficace ne ferait qu’amplifier son problème d’endettement au lieu de le résoudre. Il ajouterait des frais fixes et des intérêts, et la responsabilité de Diane serait aussi engagée dans le cadre du refinancement hypothécaire. 

Stratégie gagnante 

Deux décisions ont été prises pour aider l’entreprise de Sylvain à renouer avec la rentabilité. «Il doit avant tout augmenter ses prix de vente à un niveau qui lui permettra d’opérer avec une marge de profit raisonnable. Il faudra ensuite attendre un certain temps afin de voir quel sera l’impact sur les commandes», explique Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité et président de Jean Fortin et Associés. 

Autre mesure à mettre en œuvre rapidement : pour assurer la viabilité financière sur le long terme, Sylvain doit absolument réduire le fardeau de ses dettes. «L’une des pires erreurs des gens qui éprouvent des problèmes financiers en affaires est d’investir davantage sans avoir réglé la source du problème», mentionne Pierre Fortin. 

Puisque l’entreprise n’est pas incorporée, Sylvain a pu déposer une proposition de consommateur pour le total des dettes non garanties de 70 000$, ce qui inclut la marge de crédit, les cartes de crédit et les taxes de vente impayées. En cas d’incorporation, il n’aurait toutefois pas pu inclure les dettes de l’entreprise dans sa proposition personnelle. 

Ses équipements d’ébénisterie ayant été donnés en garantie, ils ne peuvent donc faire partie de la proposition.  

L’ébéniste versera 750$ pendant 60 mois, sans intérêt, pour un total de 45 000$, et sera ainsi libéré de ses dettes. D’ici un an environ, il verra si sa nouvelle structure de prix a un impact sur les ventes, et pourra mieux évaluer le risque d’un achat d’équipement supplémentaire.  

Conseils  

-Hormis les équipements, le seul actif que possédait Sylvain est sa résidence principale. Si la maison avait été vendue, une fois ôtée la commission de l’agent immobilier, sa part aurait été d’environ 38 000$. Lorsque le principal actif d’une personne est la moitié indivise d’une résidence, les créanciers savent bien qu’ils ont très peu de recours pour récupérer la valeur comptable de celle-ci. Par conséquent, ils sont généralement prêts à faire des compromis et à accepter une proposition de consommateur raisonnable, même si elle est inférieure à la somme due et est payable sur plusieurs années.  

-Une proposition de consommateur n’est pas sans conséquence sur le dossier de crédit. Celui de Sylvain affichera la cote R-9, la pire, durant toute la durée de la proposition. Puis, durant trois ans après la fin de celle-ci, la cote R-7. Mais au moins, il pourra poursuivre son travail d’ébéniste et espérer des jours meilleurs sur des bases plus solides. Tout le monde a droit à une deuxième chance et Sylvain a maintenant tout ce qu’il faut pour réussir.