/news/society

QS veut obliger les épiceries à redistribuer leurs invendus pour éviter le gaspillage

Agence QMI

Québec solidaire souhaite réduire de moitié le gaspillage alimentaire dans la province d’ici 2025 en obligeant les épiceries à distribuer leurs invendus plutôt qu’à les jeter.

S’il est adopté tel quel, le projet de loi présenté jeudi de la porte-parole du parti en matière d’alimentation, Émilise Lessard-Therrien, obligerait les transformateurs, les distributeurs et les détaillants à signer des ententes de revalorisation des produits invendus avec des organismes reconnus.

Ces entreprises sont responsables à elles seules de 60 % du gaspillage alimentaire dans la province, a rappelé la députée solidaire.

« Le gaspillage alimentaire, c’est un véritable fléau. Pour nos agriculteurs, c’est du temps et de l’énergie perdue, pour l’environnement ce sont des ressources utilisées inutilement. Pour les consommateurs, ça se répercute aussi sur leurs factures », a-t-elle fait valoir en point de presse.

Il se jette chaque année au Canada pas moins de 11 millions de tonnes de nourriture, soit assez pour nourrir tout le pays pendant cinq mois, a indiqué Émilise Lessard-Therrien.

Au même moment, les demandes d’aide adressées aux banques alimentaires sont en hausse constante. Seulement cette année, on note une augmentation de 30 % de leur utilisation, notamment en raison de la pandémie.

« À l’heure où de plus en plus de familles frappent aux portes des banques alimentaires, on ne peut tout simplement plus accepter d’envoyer tous ces aliments au dépotoir alors qu’ils pourraient être distribués aux gens dans le besoin par le biais des organismes sur le terrain », conclut la députée solidaire.